Des juges déconnectés de la réalité? "C'est terriblement délétère comme propos"

04/01/17 à 13:19 - Mise à jour à 13:21

Source: Belga

(Belga) Les propos tenus par le bourgmestre de Vilvorde (sp.a), Hans Bonte, selon lesquels une partie des juges francophones de la jeunesse est déconnectée de la réalité, surtout en ce qui concerne les dossiers de radicalisme, ont été qualifiés de "terriblement délétères" par le président du tribunal de première instance de Bruxelles, Luc Hennart, dans une réaction à l'agence Belga.

Des juges déconnectés de la réalité? "C'est terriblement délétère comme propos"

Des juges déconnectés de la réalité? "C'est terriblement délétère comme propos" © BELGA

"C'est terriblement délétère comme propos et ça jette le discrédit sur la démarche du juge alors qu'il n'est pas étranger à la réalité. Un dossier n'est pas l'autre et la décision que prend le juge doit être respectée. Aller considérer que les juges sont déconnectés de la réalité, c'est idiot. Et ça nourrit un climat extrêmement dangereux", s'est offusqué Luc Hennart, estimant par ailleurs que ce genre de considérations participent à la mise à mal de la fonction du juge dans un état démocratique. Dans les colonnes des journaux flamands De Standaard et Het Nieuwsblad, le bourgmestre de Vilvorde prend pour cible les juges francophones des tribunaux correctionnels de Bruxelles. Ceux-ci prendraient "plus de temps" et laisseraient "plus facilement les jeunes s'en sortir" dans les affaires de radicalisme. Cette attitude serait de nature à créer un sentiment "d'impunité", selon le socialiste flamand, qui estime par ailleurs que certains "juges sont en dehors des réalités". "Pour prendre une décision, le juge a toute une série d'éléments en sa possession dont les personnes extérieures ne disposent pas. Le juge fait son métier du mieux qu'il peut. Malheureusement, il y aura toujours un exemple à contredire. Mais si il y a encore une justice dans la démocratie dans laquelle on vit, c'est parce que les juges n'ont de compte à rendre à personne. Le problème avec ce type de déclarations, c'est que les juges ne peuvent pas se défendre car ils sont tenus au secret professionnel. On peut jeter l'anathème, le juge, lui, doit se taire", a souligné M. Hennart. Les propos de M. Bonte sont d'autant plus frappants que le mois dernier, son parti (le sp.a) avait vivement critiqué la N-VA après les déclarations de son président, Bart De Wever, contre une partie de la magistrature. (Belga)

Nos partenaires