Des femmes sans-papiers ont manifesté pour une meilleure protection face aux violences

06/03/16 à 18:35 - Mise à jour à 18:35

Source: Belga

(Belga) A deux jours de la journée internationale des droits des femmes, près de 400 personnes ont manifesté dimanche, entre 13H00 et 17H00, de la gare centrale à Bruxelles au Carré de Moscou à Saint-Gilles, pour dénoncer les situations difficiles dans lesquelles se retrouvent les femmes sans-papiers en Belgique.

Cette action a été organisée par le comité des femmes sans-papiers avec le soutien de la Coordination des sans-papiers de Belgique. Les manifestants portaient des foulards blancs, symboles de la lutte contre les violences faites aux femmes. Elles portaient des calicots sur lesquels des messages dénonçaient les violences dont elles étaient victimes. Les manifestants ont ainsi relevé que les femmes sans-papiers sont souvent victimes d'esclavage à domicile ou sexuel ou qu'elles risquent de se faire accuser de mariage blanc si elles se marient. "On est invisible et c'est une violence sociale", estime une représentante du Comité des femmes sans-papiers. "C'est comme si on n'existait pas. Nos situations de femmes sont peu prises en compte par l'Office des étrangers. On n'a pas le droit de travailler. Pour une femme c'est difficile de s'en sortir, alors imaginez si elle est sans-papiers. Si une femme sans-papiers subit des violences, il lui sera difficile de demander de l'aide. Elles craignent de s'adresser à la police, car elles ont peur de se faire arrêter et expulser. Elles ont pour les mêmes raisons peur de demander une aide médicale. Elles ont fui des violences faites aux femmes et elles font face ici à une violence sociale". (Belga)

Nos partenaires