Des chercheurs de la VUB créent de l'énergie à base de déchets de poisson

13/11/17 à 16:36 - Mise à jour à 16:37

Source: Belga

(Belga) Convertir des déchets de poisson en hydrogène, voici l'objectif de trois usines pilotes auxquelles participent activement le groupe de recherche BURN (comBUstion and Robust optimizatioN) de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Les installations font partie du projet GenComm, qui vise à optimiser la production d'hydrogène renouvelable pour les communes isolées.

Les chercheurs pointent les nombreux avantages que présente l'hydrogène renouvelable. Par exemple, un kilogramme d'hydrogène vaut 200 fois l'énergie dégagée par un kilogramme d'une batterie lithium-ion lourd. De plus, les énergies fossiles utilisées dans la fabrication d'hydrogène sont également remplacées par de l'énergie renouvelable comme la biomasse, l'énergie solaire ou éolienne. L'usine pilote la plus impressionnante est celle où les déchets de poisson sont finalement transformés en hydrogène. Les déchets sont d'abord collectés et convertis en biogaz. Une cogénération, c'est-à-dire la production simultanée de deux formes d'énergie différentes dans la même centrale, est ensuite lancée grâce au biogaz. Celle-ci produit l'électricité nécessaire à la subdivision de l'eau en hydrogène et oxygène. L'hydrogène va elle-même créer une nouvelle cogénération, pendant que l'oxygène est réutilisé dans le traitement des déchets de poisson. Les données récoltées durant la phase d'essai, prévue pour 2020, serviront de base à un logiciel de soutien qui aidera l'utilisateur à faire son choix entre les différents moyens de production d'énergie renouvelable. GenComm s'adresse aux communes isolées qui ne sont pas reliées au réseau électrique et pour lesquelles le diesel nécessaire à la production d'énergie est livré par hélicoptère, par exemple. Un budget de 9,39 millions d'euros est alloué au projet, financé par Interreg North-West Europe. (Belga)

Nos partenaires