Des cafetiers condamnés pour les fumeurs bruyants sur le trottoir

11/08/11 à 09:50 - Mise à jour à 09:50

Source: Le Vif

Le patron d'un café anversois a pour la première fois écopé d'une amende parce que ses clients, qui fumaient leur cigarette sur le trottoir devant son établissement, faisaient trop de bruit pour le voisinage.

Des cafetiers condamnés pour les fumeurs bruyants sur le trottoir

© Image Globe

Deux cafés de Koekelare, en Flandre occidentale, ont également été menacés de fermeture pour la même raison, indique le journal Het Laatste Nieuws.

Depuis l'introduction de l'interdiction de fumer dans les cafés, le 1er juillet dernier, les fumeurs sont obligés de se rendre dehors pour en griller une et n'ont souvent d'autre solution que de se réfugier sur le trottoir devant l'établissement. Ce qui irrite les voisins, qui font alors appel à la police car ces fumeurs perturbent la quiétude de leurs nuits.

L'exploitant du café anversois 'De Vismijn' est le premier cafetier de Flandre à écoper d'une amende de 250 euros pour nuisances parce que ses clients fumaient et parlaient sur le trottoir devant son établissement.

C'est "absurde"

Cette condamnation est inacceptable, selon le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) qui considère que l'interdiction de fumer fait déjà assez de mal aux cafés. "Apparemment, dans notre pays, on veut vraiment éliminer le secteur des cafés", regrette le SNI dans un communiqué.

Selon le SNI, il est totalement insensé de donner des amendes aux cafetiers pour nuisance, même si le syndicat estime également qu'il est dangereux d'infliger cette amende aux clients car ceux-ci risquent de ne plus jamais se rendre au café.

Le SNI rappelle également que des mesures de compensation sont nécessaires pour permettre aux cafetiers de surmonter l'interdiction de fumer.

A court terme, le syndicat plaide pour le report de paiement des cotisations sociales, du précompte professionnel et des cotisations ONSS et cela pendant un an. Ces mesures d'oxygène doivent être un pas vers un plan structurel pour aider les cafés, contenant des mesures comme un abaissement de la TVA à 6 pour cent pour tout le secteur, un assouplissement des règles pour le travail des étudiants et le travail occasionnel, des stimulants pour le travail flexible et l'instauration d'une déduction fiscale majorée pour la construction d'un fumoir ou d'une cuisine.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires