Derrière les propos de Geens, se cache la loi de financement, selon le MR

13/05/13 à 18:33 - Mise à jour à 18:33

Source: Le Vif

Le MR a mis en garde lundi le ministre wallon du Budget, André Antoine, contre les déclarations du ministre fédéral des Finances, Koen Geens (CD&V), à propos de la responsabilité de Bruxelles et de la Wallonie dans l'assainissement des finances publiques.

Derrière les propos de Geens, se cache la loi de financement, selon le MR

© Image Globe

Bruxelles et la Wallonie sont les deux entités qui seront amenées à porter la plus grande part de l'effort nécessaire pour maintenir le déficit budgétaire dans les limites de ce qui a été décidé, la Flandre étant déjà à l'équilibre a indiqué le 5 mai le ministre des Finances. M. Geens visait notamment la situation des communes.

"Quand M. Geens sort en pointant Bruxelles et la Wallonie, vous pensez que c'est par hasard? Derrière, il y a la loi de financement. Aujourd'hui, on est en train de se faire avoir par un ministre flamand", a lancé le député. Et de prédire: "Quand Geens aura fini de parler, tout le CD&V et toute la Flandre chanteront comme lui".

Le ministre wallon a rappelé son étonnement devant les déclarations du ministre fédéral. Il a contesté les chiffres avancés à propos des communes: si l'on en croit les comptes 2011, les communes wallonnes présentent globalement un solde positif de 397 millions d'euros et, d'après l'étude annuelle de Belfius, 70% des communes sont en déficit en Flandre, pour 40% à Bruxelles et 36% "seulement" en Wallonie.

En vue des prochains transferts de compétences et de la révision de la loi de financement, M. Antoine entend maintenir l'objectif d'un retour à l'équilibre budgétaire en 2015, comme cela a été convenu avec le fédéral.

Le groupe socialiste n'a pas remis en cause ce principe mais estime que des "prémisses" doivent être prises en compte, en particulier un certain redémarrage économique. Si de nouveaux drames sociaux se produisent, la Wallonie doit se garder des marges de manoeuvre pour être en mesures de réagir, a expliqué Edmund Stoffels. "Si nous devons rester fermes sur les principes, évitons d'en faire une religion", a-t-il demandé.

Autre pomme de discorde entre le fédéral et les entités fédérées: les compétences dites usurpées. Une réunion technique aura lieu sur le sujet le 28 mai, a annoncé le ministre. Là encore, l'opposition MR a invoqué les déclarations des ministres fédéraux sur la question, notamment celles du secrétaire d'Etat Melchior Wathelet (cdH), rappelant dans les colonnes de "L'Avenir" qu'il y avait un accord au fédéral sur cette question.

En savoir plus sur:

Nos partenaires