Dernier week-end de Bart De Wever comme informateur ?

20/06/14 à 19:19 - Mise à jour à 19:19

Source: Le Vif

Bart De Wever entame samedi ce qui sera probablement son dernier week-end avec le costume d'informateur royal. Après trois prolongations, il devrait s'attacher à la rédaction d'un rapport final, "quelque chose qui se situera entre la note d'informateur et de formateur", selon une source proche des négociateurs.

Dernier week-end de Bart De Wever comme informateur ?

© Belga

Alors que l'ambition du président de la N-VA est de constituer un gouvernement fédéral de centre-droit, les regards restent dirigés vers le cdH qui ferait office de parti-pivot dans cet attelage. Certains annonçaient la possibilité d'organiser d'ici lundi une réunion avec la N-VA, le CD&V, le cdH et le MR mais plusieurs sources assurent que celle-ci n'est pas à l'ordre du jour.

Pendant ce temps, PS et cdH continuent à un rythme désormais quotidien les négociations en vue de la formation d'un gouvernement wallon (à Bruxelles, les négociations avancent également avec le FDF). On en est cependant pas encore à négocier la déclaration de politique régionale. En attendant, on devine la difficulté du cdH, pris dans un étau entre les deux grandes formations du pays, la N-VA et le PS, à s'exprimer plus avant.

Les centristes disent attendre des éclaircissements de la N-VA sur l'institutionnel (qui pour les francophones est tabou), la Sécurité sociale, la fiscalité... De son côté, le PS en a remis une couche jeudi, le président en titre et premier ministre sortant Elio Di Rupo, disant sur la RTBF sa disponibilité à "prendre ses responsabilités dans le respect de ses valeurs et engagements", cela "sans la N-VA".

Mais pas de pression sur les centristes, assure une source, "car on ne sait pas faire pression sur le cdH". Elio Di Rupo en a également profité pour viser le MR qui pourrait "mettre la N-VA au centre du jeu fédéral, un parti séparatiste, et qui a rejoint les plus ultra-conservateurs au parlement européen". Le président du MR Charles Michel a dénoncé dans Le Soir cette "polémique arrogante et méprisante" qui "donne le signal d'une majorité de droit divin où le PS est partout". Répétant que "le nationalisme et le libéralisme sont deux doctrines en opposition", il n'exclut rien car "le socialisme et le libéralisme sont aussi des doctrines avec de fortes divergences".

En savoir plus sur:

Nos partenaires