Démantèlement d'un réseau de trafiquants de drogues dures

28/03/12 à 19:06 - Mise à jour à 19:06

Source: Le Vif

Une enquête lancée par le parquet de Tournai a permis mardi de démanteler un réseau de trafiquants de drogues dures en Belgique. Quatorze personnes ont été interpellées et huit mandats d'arrêt ont été délivrés. Les enquêteurs ont aussi découvert une organisation de mariages blancs.

Démantèlement d'un réseau de trafiquants de drogues dures

© Image Globe

Lancée par le parquet de Tournai, une vaste opération anti-stupéfiants a été menée mardi aux quatre coins de la Belgique. Issus des polices judiciaires de Tournai, Bruges, Malines, Anvers et Tielt, de trois sections arrestations et de différents laboratoires scientifiques, 122 enquêteurs ont opéré simultanément 13 perquisitions.

Ces descentes ont été effectuées dans le Hainaut occidental, à Malines, Bruxelles, Deurne, Anvers et Mons. Quatorze personnes ont été interpellées. Huit mandats d'arrêt ont été décernés et cinq personnes en situation illégale en Belgique ont été déférées à l'office des étrangers. Au total, 141 saisies ont été opérées.

"On a mis la main sur de l'argent, des GSM, du matériel informatique, des voitures de luxe et de nombreuses cartes SIM. Par contre, on a saisi très peu de stupéfiants. En raison des diverses nationalités des suspects, six interprètes ont été nécessaires. Il a fallu faire très vite en raison de l'arrêt Salduz", expliquait mercredi le substitut du procureur du roi de Tournai, Jean-Bernard Cambier.

L'enquête a débuté à Mouscron fin de l'année 2011 où de nombreux toxicomanes français venaient se ravitailler. Des écoutes téléphoniques ont permis de déterminer que le réseau Omar, dont une partie avait été démantelé et condamné en février 2012 à Tournai, avait récupéré son ancien fichier de clients et que des ventes étaient organisées à Mouscron, Courtrai, Liège et Charleroi.

"Les revendeurs et transporteurs étaient essentiellement des Marocains venus en Belgique via l'Espagne, puis les Pays-Bas. On a aussi découvert une série de mariages blancs entre ces illégaux et des Marocaines domiciliées aux Pays-Bas. Personne n'est en aveux", a précisé le magistrat.

Agés de 24 à 44 ans, cinq Marocain(e)s, un Algérien, un Irakien et une Belge ont été écroués pour trafic d'héroïne, de cocaïne et de cannabis, avec la circonstance aggravante qu'il y avait association de malfaiteurs.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires