Delphine Boël, le goût de l'introspection

11/11/15 à 15:19 - Mise à jour à 15:18

Source: Le Vif/l'express

Au travers de ses oeuvres constellées de mots ou de phrases répétés à l'infini, l'artiste court autant après son enfance et son identité qu'après la reconnaissance. Sa nouvelle exposition Love me, Love me not, investit la galerie de Francis Noël à Liège. Rencontre.

Delphine Boël nous reçoit dans sa belle maison 1920 où l'ancien et le moderne se côtoient harmonieusement. Ses oeuvres, omniprésentes, renvoient à ses croyances : Truth Can Set You Free. A ses prises de position : This System Is Corrupt. Ou encore à ses états d'âme : Be Happy. Les enfants - Joséphine, 11 ans, et Oscar, 8 ans - approchent gentiment, nous font la bise et retournent à leurs occupations; les devoirs pour la première, la création d'un jardin potager (avec son papa) pour le second. L'artiste nous invite à passer dans son atelier. Ici, au milieu des toiles, pinceaux et crayons de couleur, elle est chez elle. Souriante, concentrée, prête à la conversation, elle répond sans une hésitation et en détail. Très calme, elle restera debout durant tout notre entretien.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires