Délit d'initié: Bois Sauvage propose une transaction

Source: Le Vif

La Compagnie du Bois Sauvage a annoncé mercredi avoir conclu une transaction pénale et administrative avec le ministère public et la FSMA, l'autorité des services et marchés financiers.

Délit d'initié: Bois Sauvage propose une transaction

On lui re­pro­chait la vente de 2,6 mil­lions d'ac­tions For­tis le 3 oc­tobre 2008, juste avant que ne soit connue la décision de démantèlement du groupe financier. L'information a été confirmée par le parquet de Bruxelles et la FSMA. Cette transaction devrait mettre fin aux poursuites engagées contre la société.

La transaction doit encore être validée par la présidente du tribunal correctionnel de Bruxelles lors de l'audience de ce jeudi 28 novembre. La transaction porte selon la FSMA sur un montant de 8.796.886 euros, payé par les différentes personnes physiques et morales, pour le volet administratif. "Les sommes payées au titre de transaction pénale viendront à due concurrence en déduction des sommes dues au titre du règlement administratif", explique l'autorité des services et marchés financiers. "La transaction a pour effet d'éteindre définitivement l'action publique engagée contre la Compagnie, sans reconnaissance de culpabilité quant aux faits", insiste la Compagnie du Bois Sauvage. La société avait été inculpée le 11 septembre 2009 du chef de délit d'initié, de faux et usage de faux dans le cadre de la cession d'une partie de son portefeuille d'actions Fortis le 3 octobre 2008. La Compagnie a toujours contesté avoir commis les infractions sur lesquelles portait l'inculpation. L'ancien président de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), Luc Vansteenkiste, et l'administrateur délégué de la Compagnie Bois Sauvage, Vincent Doumier, avaient été placés à l'époque sous mandat d'arrêt. L'Ordre des Barreaux flamands avait réagi à l'arrestation de l'ancien président de la FEB, en rappelant que la loi sur la détention préventive ne pouvait servir à obtenir des aveux. Cinq personnes physiques, dont l'ancien président de la FEB Luc Vansteenkiste, et 3 personnes morales avaient été ensuite renvoyées en correctionnelle. Les faits remontent au mois d'octobre 2008, en pleine débâcle financière de Fortis. A l'époque, le holding familial Bois Sauvage et certains de ses responsables avaient vendu leurs titres Fortis juste avant la suspension du cours et que ne soit connue la décision de démantèlement du groupe financier. Bois Sauvage avait encore pu vendre les titres à 5,4 euros alors que l'action ne valait plus qu'1,5 euro à la reprise de la cotation. Des analyses des conversations téléphoniques révélaient que Luc Vansteenkiste avait appelé Vincent Doumier juste après la réunion au cours de laquelle le démantèlement de Fortis a été annoncé. Au cours de l'enquête, le magistrat instructeur avait relevé des "indices sérieux" quant au rôle qu'aurait pu jouer, dans la transmission de l'information privilégiée, Luc Vansteenkiste, qui était au moment des faits à la fois administrateur de la Compagnie du Bois Sauvage et de Fortis Banque. L'enquête avait permis également de constater que trois dirigeants de Bois Sauvage, Vincent Doumier, Yves Liénart et Luc Willame, avaient vendu, au même moment, certaines de leurs actions Fortis personnelles.

Les derniers articles en un clin d'oeil




Nos partenaires