Défié par la N-VA, le CD&V laisse ses sections locales décider des cartels

10/09/17 à 14:53 - Mise à jour à 14:55

Source: Belga

(Belga) Le CD&V laissera ses sections locales décider elles-mêmes de l'opportunité de constituer des cartels en vue des élections communales d'octobre 2018, a affirmé dimanche son président Wouter Beke sur le plateau de VTM. Il répondait ainsi au président de la N-VA Bart De Wever qui avait appelé ses troupes à se présenter autant que possible sur une liste exclusivement N-VA, dans le but de rafler au CD&V sa place de "parti du centre" au nord du pays.

"Je ne vais pas dire depuis Bruxelles comment on doit gouverner et coopérer (dans les communes), comme la N-VA le fait", a lancé M. Beke, alors que le CD&V et la N-VA ne sont plus en cartel que dans une dizaine de communes flamandes. Mercredi, Het Nieuwsblad rapportait des propos de Bart De Wever tenus lors d'une journée des sections locales de la N-VA. Le bourgmestre d'Anvers a enjoint aux militants de faire de la N-VA "le plus grand parti du centre" après 2018, pour se présenter aux législatives de 2019 en tant que principal parti populaire de Flandre. Or pour M. Beke, le CD&V reste bien ce parti du centre. La N-VA "est devenue grande parce qu'elle a repris l'électorat du Vlaams Belang et affirmé que son employeur était le Voka (l'une des principales fédérations patronales de Flandre, ndlr)", a résumé Wouter Beke. A ses yeux, un parti du centre doit défendre certaines valeurs, offrir des chances, viser la croissance économique et le progrès social, mener des réformes ou fournir des moyens complémentaires pour les pensions. "Ce parti du centre, c'est nous", dit-il. Le chef des démocrates chrétiens flamands a balayé les rumeurs qui le voient déjà Premier ministre après 2019. Il évoque l'évolution de la situation politique au sud du pays: auparavant, c'était le PS qui décidait avec qui il montait au gouvernement, désormais ce sera au MR et au cdH d'avoir la main, a fait remarquer Wouter Beke. (Belga)

Nos partenaires