Décret wallon : il n'y a pas grand-chose à en dire selon le MR

20/07/10 à 12:37 - Mise à jour à 12:37

Source: Le Vif

Le parlement wallon approuvera demain le décret-programme qui, à en croire l'opposition MR, est à l'image de la majorité Olivier: il n'y a pas grand chose à en dire.

Décret wallon : il n'y a pas grand-chose à en dire selon le MR

© Belga

Le texte contient des mesures très diverses: réduction à 15 du nombre d'administrateurs de certains organismes publics, révision du taux applicable aux droits de donation dans certains cas, allégement des contrôles a posteriori des antennes gsm, dispositions en matière des aides pour l'emploi, révision des éco-boni.

"Ce texte est un fourre-tout. Il y a de tout et surtout de rien. Il y a donc peu de choses à en dire et je propose de nous donner rendez-vous lorsque l'Olivier se mettra vraiment en marche", a souligné le chef de groupe MR, Willy Borsus.

Il a toutefois épinglé quelques dispositions, dont le passage de 65 à 70 ans de l'âge limite pour présider un organisme d'intérêt public wallon. De la sorte, le cdH Raymond Langendries pourra prendre la tête de la Sofico. La ratification du permis de l'écluse de Lanhaye par le biais du décret DAR a aussi suscité ses remarques: le ministre Philippe Henry a finalement dû recourir à ce dispositif honni des écologistes pour faire aboutir la procédure, a fait remarquer M. Borsus.

Dans la majorité, Bernard Wesphael (Ecolo) s'est montré nuancé à ce propos. Il a dit s'inscrire dans les propos du ministre-président Rudy Demotte, selon qui il faut laisser le temps à l'Olivier d'ensemencer avant de récolter, mais il a exhorté le gouvernement à se presser: "Encore faudra-t-il adjoindre un accélérateur de croissance à la rentrée", a-t-il demandé.

La ratification du permis de l'écluse de Lanhaye par le biais du décret DAR a aussi suscité ses remarques, comme celles de la majorité. Pour faire aboutir le dossier, le ministre Philippe Henry a dû recourir à ce dispositif qu'Ecolo a pourtant dénoncé avec virulence sous la précédente législature, a fait remarquer M. Borsus.

"Jusqu'à preuve du contraire, ce décret existe en droit wallon et il est donc applicable. Ce que fait le parlement ici, c'est appliquer le droit. Il n'est nullement question de trahison ou de renoncement", a observé pour sa part la chef de groupe PS, Isabelle Simonis, prenant ainsi la défense des écologistes.

M. Wesphael a regretté par ailleurs le recours à cette méthode du décret programme, utilisée depuis quelques législatures. "Les parlements devraient envisager d'abandonner ce mécanisme peu lisible", a-t-il recommandé.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires