Décret Inscriptions : des améliorations sont déjà en préparation

14/01/11 à 15:44 - Mise à jour à 15:44

Source: Le Vif

Des améliorations au décret Inscriptions sont déjà en préparation, a répondu vendredi la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet à une proposition de la chef de groupe MR au parlement de la Communauté française, Françoise Bertieaux.

Décret Inscriptions : des améliorations sont déjà en préparation

© Belga

Cette dernière a proposé de profiter de la révision du décret exigée par la Cour constitutionnelle pour introduire d'autres modifications prenant en compte "certaines difficultés" nées de la mise en oeuvre du décret.

Un projet de loi, approuvé en première lecture au gouvernement de la Communauté française, exploite déjà des améliorations recommandées par la Commission interréseaux des inscriptions (Ciri), souligne-t-on au cabinet de la ministre.

Ces recommandations visent essentiellement à préciser et accélérer l'information aux parents sur les arcanes du système d'inscription en première année du secondaire, et accélérer l'optimisation des préférences.

La ministre n'a en revanche pas l'intention de modifier le logiciel de calcul des distances ni de remplacer le calcul de la distance domicile-école à "vol d'oiseau" par un calcul de la longueur du trajet en transports (métro, bus, tram, etc.), comme le réclame Mme Bertieaux.

"La Cour a jugé le système par vol d'oiseau légitime et le seul qui soit objectivable; elle ne s'est pas prononcée sur le logiciel Google Maps", fait-on remarquer au cabinet Simonet.

Quant à la pondération retenue pour le critère de l'enseignement en immersion, la Cour s'est dite incompétente pour en juger. La ministre souligne que l'immense majorité des élèves en immersion ont obtenu leur premier choix avec la pondération actuelle, "mais ce n'est pas pour cela qu'on ne changera rien", commente-t-on à son cabinet.

On y souligne surtout que le critère de distance école primaire-école secondaire épinglé par la Cour doit en fait, selon la Cour, être "renforcé" pour éviter de discriminer l'élève obligé d'opter pour une école éloignée de plus de 4 km de son établissement de primaire.

Plusieurs pistes sont envisageables, qui éviteraient de recourir à une distance absolue d'un rayon autour de l'école primaire. On rappelle également que ce critère reste moins fort que celui de la distance entre le domicile et l'école choisie.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires