Décès de Fidel Castro - La dissidence cubaine fait profil bas pour le deuil de Castro

28/11/16 à 01:08 - Mise à jour à 01:12

Source: Belga

(Belga) Les dissidents cubains ont suspendu leurs activités pour respecter le deuil décrété après la mort vendredi du "père de la Révolution cubaine" Fidel Castro et éviter d'être accusés de "provocation".

Pour la première fois, les Dames en Blanc ont renoncé à leur habituelle marche dominicale, en marque de "respect" du deuil national de neuf jours pour le "Comandante", mort vendredi soir à l'âge de 90 ans. Elles entendaient également éviter d'être accusées de "provocation" par les autorités, a déclaré à l'AFP Berta Soler, qui dirige ce mouvement formé en 2003 au départ d'épouses et de proches de 75 opposants frappés à l'époque par une vague d'arrestations. Ils ont par la suite été libérés, en majorité en 2010, grâce à une médiation de l'Eglise. Dans le même temps, cette dissidente ne cachait pas son aversion pour un homme qui n'a jamais hésité à employer la manière forte à l'endroit de ceux qu'il qualifiait de "traîtres", "mercenaires" et autres "parasites". "On ne se réjouit pas de la mort d'un homme, d'un être humain, mais nous nous réjouissons de la mort des dictateurs, il faut la célébrer", a-t-elle assuré à l'AFP. A Santiago de Cuba, ville de l'est du pays où se tiendront les funérailles de Fidel Castro dimanche prochain, les opposants avaient également suspendu leur activités militantes. "On va rester tranquille, même si (Fidel) est le principal responsable de la misère et de l'absence de droits politiques à Cuba", a déclaré à l'AFP Jose Daniel Ferrer, dissident "historique" et ex-prisonnier politique. Il confie également craindre la "répression" que pourrait provoquer toute manifestation de sa part. Marta Beatriz Roque, seule femme emprisonnée lors du "printemps noir" de 2003, s'abstiendra elle aussi de tout incartade pendant le deuil. "Je suis catholique et ne me réjouis jamais de la mort de quelqu'un", a-t-elle affirmé à l'AFP. Mais passé le deuil, Fidel Castro ou pas, la plupart d'entre eux assurent qu'ils reprendront leur lutte face au régime de Raul Castro. "Nous allons continuer à combattre le système que (Fidel) a créé. C'est cela notre véritable ennemi", a affirmé M. Ferrer. (Belga)

Nos partenaires