Début des négociations pour une nouvelle majorité bruxelloise

11/06/14 à 16:25 - Mise à jour à 16:25

Source: Le Vif

Les six partis pressentis pour former une coalition en Région bruxelloise ont officialisé, ensemble, mercredi, en début d'après-midi, le démarrage de négociations qui avaient connu un retard à l'allumage depuis jeudi dernier, et l'expression de réticences de la part de l'Open VLD et du CD&V à ouvrir les discussions avec les FDF.

Début des négociations pour une nouvelle majorité bruxelloise

© Belga

Selon la formatrice, Laurette Onkelinx, ils entreront dans le vif du sujet dès le début de la semaine prochaine en abordant le cadre budgétaire et les modalités de mise en oeuvre de la réforme de l'Etat. Des groupes de techniques ont été chargés dès mercredi de préparer ces dossiers.Mercredi après-midi, les deux informateurs bruxellois, Laurette Onkelinx et Guy Vanhengel sont arrivés en compagnie des chefs de file des six formations partenaires partenaires (MM. Maingain-FDF; Vervoort-PS; Smet-sp.a et Mmes Grouwels-CD&V et Milquet-cdH) au siège du gouvernement bruxellois, situé Place Royale.

Les avaient précédés, au compte goutte, notamment Fouad Ahidar (sp.a), Didier Gosuin (FDF), Céline Fremault (cdH) et Els Ampe (Open VLD). Après quelques minutes, la presse a été accueillie dans la salle de réunion du jour pour entendre une déclaration commune des six partenaires lue par Mme Onkelinx, désormais formatrice, et Guy Vanhengel destinée à permettre un démarrage des négociations dans de bonnes conditions.

PS, FDF, cdH, Open VLD, sp.a et CD&V y ont pris, ensemble, une série d'engagements mutuels préalables destinés, avant tout, à rassurer le CD&V et l'Open VLD sur l'attitude qu'adopteront les FDF. Ces engagements portent sur la mise en oeuvre intégrale de la sixième réforme de l'Etat; sur le fait que le "prochain gouvernement sera un partenaire loyal et constructif de cette réforme au profit de l'ensemble de bruxellois, quelle que soit la langue qu'ils utilisent"; et sur le respect de "l'ensemble des mécanismes et garanties instituées pour permettre une cohabitation harmonieuse des francophones et néerlandophones à Bruxelles".

Les partenaires ont par ailleurs estimé "important de dégager les moyens nécessaires aux grands projets de développement de Bruxelles", comme les projets NEO, du plan Canal et sur la zone Josaphat. D'autre part, "ils soutiendront la réalisation du nouveau stade national sur le parking C à la condition que les moyens publics de la Région ne soient pas sollicités". Ils ont précisé que "le prochain gouvernement cherchera tous les moyens d'exploiter au mieux la communauté métropolitaine, notamment en matière de mobilité et d'emploi".

Dans leur déclaration commune, les partenaires de discussion ont enfin dit se réjouir "que les négociations aient pu démarrer rapidement. Ils constatent une réelle volonté d'avancer efficacement, pour construire un projet ambitieux et cohérent, dans un cadre budgétaire responsable".La réunion du jour proprement dite à duré une bonne heure. Elle a été consacrée à la présentation de rapports sur la mise en oeuvre de la réforme de l'Etat et ses implications futures pour les institutions bruxelloises à Bruxelles (R. Vervoort), sur le cadre budgétaire (G. Vanhengel), et sur les rencontres avec les partenaires sociaux (L. Onkelinx). Il fut aussi question de méthodologie.

"Il nous faut un gouvernement le plus vite possible", a notamment dit Laurette Onkelinx, faisant référence aux enjeux économiques et sociaux du moment, à l'image des fermetures annoncées mercredi chez Delhaize et des très nombreuses pertes d'emplois qui se profilent dans ce contexte.

En savoir plus sur:

Nos partenaires