Début de la mission économique belge en Inde

24/11/13 à 18:26 - Mise à jour à 18:26

Source: Le Vif

La plus importante mission économique belge jamais menée en Inde a entamé dimanche ses entretiens avec notamment à l'agenda une rencontre avec le ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Anand Sharma.

Début de la mission économique belge en Inde

© Image Globe

La mission économique, qui compte quelque 340 participants représentant 160 sociétés ainsi que plusieurs ministres, est arrivée samedi soir à New Delhi, la capitale fédérale indienne. Elle se rendra ensuite jusque vendredi à Mumbai (l'ex-Bombay, à l'ouest) et à Chennai (sud-est).

Présidée par la princesse Astrid - dont c'est la seconde mission après celle menée le mois dernier en Angola et en Afrique du sud -, elle a pour objectif de "diversifier les relations économiques" entre la Belgique et l'Inde, a expliqué dimanche le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui est également chargé du Commerce

extérieur, une compétence toutefois largement régionalisée.

La Belgique est en effet le deuxième partenaire commercial de l'Inde, derrière l'Allemagne, mais devant la Grande-Bretagne, l'ancienne puissance coloniale, a souligné le chef de la diplomatie belge.

Cette position est largement due aux échanges liés aux diamants. A Anvers, l'importance économique des diamantaires indiens ne cesse de croître. Selon des chiffres officieux, de 60 à 80% du commerce des diamants est à présent entre les mains des Indiens.

L'Inde figure parmi les économies qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Grâce à une moyenne de 8% sur une base annuelle au cours des deux dernières décennies, elle fait partie du "club" des cinq pays émergents appelés BRICS (qui compte également le Brésil, la Russie, la Chine et l'Afrique du sud dans ses rangs) qui est l'un des moteurs de l'économie mondiale.

Mais la mission économique vise à aller vers davantage de diversification, dans des secteurs comme la logistique - grâce à la collaboration entre des fonds souverains des deux pays, la Société Fédérale de Participations et d'Investissement (SFPI) dans le cas de la Belgique -, les énergies renouvelables, l'assainissement des eaux, le traitement des déchets, la santé, les transports et le dragage, a indiqué M. Reynders par téléphone à l'agence BELGA.

Le ministre a rappelé qu'il avait décidé d'installer un deuxième consulat général en Inde, qui ouvrira ses portes la semaine prochaine à Chennai, (l'ancienne Madras), la capitale de l'Etat du Tamil Nadu. Il complétera le réseau diplomatique belge dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants, qui compte une ambassade à New Delhi, un consulat général à Mumbai et un consul honoraire à Bangalore (centre-sud), la capitale de l'État du Karnataka.

La visite de la mission économique belge intervient alors que l'Inde est l'invitée du festival culturel Europalia qui se tient depuis le 4 octobre et jusqu'au 26 janvier 2014. Le président indien Pranab Mukherjee était venu assister à l'inauguration d'Europalia, dont il avait visité l'exposition principale "Corps de l'Inde" au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR) en compagnie du roi Philippe et de la reine Mathilde.

Selon M. Reynders, le président indien a été invité à participer à deux cérémonies prévues en Belgique l'an prochain, à l'occasion du centenaire de la première Guerre mondiale. Les Régions sont aussi largement représentées dans cette mission économique. La Flandre sera représentée de lundi à mercredi par son ministre-président, Kris Peeters, la Wallonie par le vice-président de son gouvernement, Jean-Claude Marcourt, et la Région bruxelloise par sa ministre de l'Emploi, de l'Economie, de la Recherche

scientifique et du Commerce extérieur, Céline Fremaut.

Selon M. Peeters, 32 accords devraient être signés entre des entreprises belges et indiennes, dont vingt concernent des sociétés flamandes.

Nos partenaires