De Wever : "Presque aucun parti ne veut voir Philippe sur le trône"

08/05/13 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Le Vif

"Presque aucun parti ne veut voir Philippe sur le trône", a affirmé mercredi le président de la N-VA, Bart De Wever, sur les ondes de Radio 1 (VRT) après la publication dans "Knack" des lettres que l'hebdomadaire a demandé, à 5 présidents de parti, d'écrire au prince héritier.

De Wever : "Presque aucun parti ne veut voir Philippe sur le trône"

© Belga

"Je ne suis pas un grand spécialiste de l'expression corporelle, mais, lors d'apparitions publiques, votre attitude respire l'obligation", écrit le président des nationalistes flamands au prince Philippe. "Ce que vous traduirez par votre devoir. La meilleure des choses serait de vous libérer de ce devoir".

Dans sa lettre adressée au prince Philippe, le président de la N-VA en profite également pour fustiger le rôle joué par le roi : "Il n'y a pas de contrôle démocratique de la fonction politique du roi. Parce que soyons honnêtes : le roi continue à jouer un rôle politique. Je l'ai vécu lors des négociations de 2010, quand votre père a joué le rôle de rallonge du PS et a ainsi activement participé à l'éjection de la N-VA des négociations du gouvernement".

Si en tant que républicain pur et dur, De Wever se montre en faveur d'une disparition de la monarchie, il réalise que de nombreux Belges y sont opposés et prône donc une fonction cérémonielle pour le roi.
Dans d'autres partis flamands, le ton est également critique, loin des propos plus lénifiants entendus habituellement dans les partis francophones.

Le président de Groen estime que Philippe ne doit pas se mêler de politique. "Reconnais-le, le pouvoir politique que tu reçois parce que tu es, par hasard, le fils de ton père, c'est quand même d'un autre temps", a lancé Wouter Van Besien. "Ne serait-il pas temps d'en finir avec cette relique?".

L'écologiste ajoute cependant : "Et pour être tout à fait clair, parce que je sais et je comprends que vous y soyez sensible, cela n'a absolument rien à voir avec votre Personne. Cela n'a rien à voir avec vos capacités ou votre intelligence. Cela a trait à la démocratie, au pouvoir qui doit être accordé par le peuple et pas comme héritage". Enfin, il incite le prince héritier à faire un grand geste lorsqu'il coiffera la couronne. Il devrait demander lui-même à la classe politique de le dispenser de ses tâches politiques.

Dans la même veine, le président du CD&V, Wouter Beke, qualifie la monarchie d'"anachronisme, le reste d'un temps depuis longtemps révolu lorsque le pouvoir se transmettait par héritage et non par des élections démocratiques".

Il tempère toutefois sérieusement son propos quand il évoque le cas belge: "Beaucoup ont, tout de même, le sentiment que la monarchie correspond bien à un pays aussi délicat que la Belgique. Mais ce sentiment n'existe que par la grâce d'une saine dose de réserve". Le chrétien-démocrate suggère au prince Philippe de s'inspirer du nouveau pape qui lui fait preuve de simplicité et de serviabilité.

La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, s'en tient à des avis prodigués au futur roi. "Ne vous enfermez pas. Ne suivez pas simplement la tradition, mais sortez de ce carcan. Suivez vos sentiments et apprenez à nous connaître le mieux possible". Elle est la seule à ne pas se prononcer pas sur la fonction royale ou le maintien de la monarchie.

Républicain affirmé, le président de la LDD, Jean-Marie Dedecker, fustige le double discours de la classe politique belge, à l'instar de M. De Wever. Officieusement, il existe bel et bien une tendance à vouloir supprimer la monarchie, dit-il. "Mais je suis suffisamment réaliste pour me rendre compte que notre caste politique n'est pas encore mûre pour cela. Dans les coulisses, oui. Pas en public".
Le président du sp.a n'a pas voulu se prêter au jeu.

Avec Belga

Nos partenaires