De Wever: "Pratiquement tous les partis en Flandre veulent se débarrasser de Di Rupo"

11/03/14 à 10:48 - Mise à jour à 10:48

Source: Le Vif

Après une semaine de repos à la montagne, le président de la N-VA Bart De Wever revient très combatif : "I'm back in the game, même si le jeu ne commencera vraiment qu'à Pâques.

De Wever: "Pratiquement tous les partis en Flandre veulent se débarrasser de Di Rupo"

© Belga

Il y a quelques semaines, le bourgmestre d'Anvers et le président de la N-VA Bart De Wever a été hospitalisé en soins intensifs. Mais après une semaine de repos complet en Suisse, il a confié au journal Het Laatste Nieuws qu'il était plus en forme que jamais. Le bourgmestre anversois souligne qu'il n'est pas en mauvaise santé, contrairement à la perception qui a été créée. "Ce qui m'est arrivé peut arriver à tout le monde".

"Mais je prends les choses calmement, je ne peux pas me permettre d'encore rechuter", déclare-t-il. "Comme je l'ai dit : les choses commenceront vraiment à Pâques".

"Le CD&V mise sur tous les chevaux en même temps"

De Wever estime que tous les partis flamands veulent se débarrasser d'Elio Di Rupo. "Sur le plan du contenu du moins, car les mesures de Di Rupo jurent avec la discipline des économies à réaliser" même si du point de vue stratégique leur attitude est différente. "Pour les partis Groen et sp.a, la formation d'un gouvernement Di Rupo II représente leur seule chance d'entrer au gouvernement".

"Et on jurerait pour l'Open VLD aussi" ajoute-t-il. "Les libéraux veulent tout miser sur un gouvernement Di Rupo II, à la rigueur sans majorité flamande. Là-dessus, au moins, ils sont clairs".

Ce qui n'est pas le cas du CD&V: "Ce parti mise sur tous les chevaux en même temps. Une semaine, j'entends le président Wouter Beke affirmer qu'il ne reformera pas de gouvernement fédéral sans majorité flamande. Et une semaine plus tard, il y a un autre membre du CD&V qui remet cette affirmation en doute" explique De Wever.

En savoir plus sur:

Nos partenaires