De Wever emphatique : " à Anvers, c'est vaincre ou mourir "

08/10/12 à 12:26 - Mise à jour à 12:26

Source: Le Vif

A Anvers des carrières se font et se défont. Dans une interview du journal gratuit Metro, Bart De Wever explique pourquoi à "Anvers, c'est vaincre ou mourir".

De Wever emphatique : " à Anvers, c'est vaincre ou mourir "

© AFP

Bart De Wever ne se fait aucune illusion. Si par un malencontreux coup du sort, lui et son parti ne faisaient pas des scores clinquants et trébuchants à Anvers, cela donnerait irrémédiablement une impression de défaite. Il est donc, selon cette mécanique, condamné à rien de moins que l'excellence.

Des scores qui font le grand écart

Si tous les projecteurs sont braqués sur Anvers, Bart De Wever s'attend néanmoins à voir de grands écarts entre les communes où la N-VA est présente. Dans certaines d'entre elles, son parti risque d'atteindre péniblement les 5 % alors que dans d'autres, les scores surferont autour des 20 %. Toujours selon Bart De Wever, ces résultats fluctuants seraient dus à deux facteurs. Pour lui ces derniers évolueraient en fonction "de l'ancrage régional des candidats et de l'importance de l'opposition". Devant les sondages qui lui annoncent des scores faramineux de 30 ou 40 %, il reste sceptique. "Il faut au moins trois élections pour qu'un succès rue de la loi se reflète au niveau local. Je ne m'attends donc à ce genre de résultat que pour 2024 et seulement si l'on continue sur la même voie. "

Tout ça, c'est la faute à la note de Di Rupo

S'il n'a annoncé ses vues sur le maïorat d'Anvers que tardivement (en avril) c'est uniquement parce qu'il était peu tenté par une campagne marathon. "J'ai même tout fait pour donner l'impression que je ne présenterais pas comme candidat" dit-il dans les colonnes du Métro. Et pourtant, sa décision était prise depuis juin 2011 et la note " inacceptable" de Di Rupo. Cette note l'aurait tellement mis en rogne qu'à partir de ce moment bien précis, il aurait commencé à établir une toute nouvelle stratégie à long terme pour son parti, mais aussi pour Anvers.

LeVif.be


En savoir plus sur:

Nos partenaires