De Thy-le-Château à Kim De Gelder : 60 ans de tueries en Belgique

13/12/11 à 20:42 - Mise à jour à 20:42

Source: Le Vif

L'attentat commis à Liège, mardi, dans lequel quatre personnes ont été tuées n'est pas le premier de la sorte en Belgique. Le pays a déjà été confronté par le passé à semblables attaques. En voici un aperçu.

De Thy-le-Château à Kim De Gelder : 60 ans de tueries en Belgique

© Belga

5 novembre 1953 : quintuple meurtre à Thy-le-Château

Le 5 novembre 1953, Camille Van Laethem, un homme d'une cinquantaine d'années, pénètre dans trois maisons de son village de Thy-le-Château, en province de Namur, tuant cinq personnes. Trois hommes sont abattus par balle et deux femmes sont égorgées. Van Laethem, qui était apparemment en froid avec ses voisins, s'est ensuite tiré une balle dans la tête, dans sa propre maison.

23 juin 1979 : Freddy Horion décime une famille entière à Mont-Saint-Amand

Le 23 juin 1979, à Mont-Saint-Amand (Flandre-Orientale), Freddy Horion et son complice français Roland Feneulle assassinent cinq membres d'une même famille. Prétextant l'achat d'une voiture, les deux tueurs se rendent au domicile de Roland Steyaert, propriétaire d'un garage. Les deux hommes sont accueillis dans la maison familiale, située chaussée d'Anvers, afin de conclure la transaction. Une fois à l'intérieur, Freddy Horion sort son arme et enferme Leona Van Lanckere (la femme du garagiste) et sa fille de 13 ans, Hilde, dans la cave. Pendant ce temps, Roland Steyaert est emmené dans le garage où il est abattu d'une balle dans la tête.

Les tueurs sont surpris par la fille aînée du couple, Anne-Marie Steyaert (22 ans), qui rentrait chez elle accompagnée de son fiancé Marc De Croock (24 ans). Les deux filles, la mère et le fiancé sont tous les quatre abattus tour à tour. La fille aînée, Anne-Marie, est violée avant d'être assassinée.

Après le massacre, Freddy Horion et Roland Feneulle prennent la fuite avec une voiture volée sur place. Leur butin, dérisoire, est de 4.000 francs belges et de quelques bijoux. Roland Feneulle est arrêté le 25 juin 1979, Freddy Horion le 26. Ils passeront aux aveux durant les jours qui suivent leur arrestation. Freddy Horion avouera également être l'auteur du meurtre d'Hélène Lichachevsky, une commerçante assassinée le 09 février 1979 à Gand.

18 novembre 1979 : un militaire de carrière ouvre le feu sur la foule lors du cross de Hannut

Odon Renard, un militaire de carrière de 25 ans, est autorisé à quitter l'hôpital psychiatrique d'Anvers durant un week-end et se rend au cross-country de Hannut. Il ouvre le feu sur la foule avec un fusil de chasse. Avant d'être maîtrisé par des pompiers, il tue une jeune fille de 16 ans et une femme de 26 ans et blesse vingt autres personnes.

Renard, qui a presque été lynché par les autres spectateurs, avait vu à la télévision une histoire où un maniaque devient fou dans un stade plein et commence à tirer. Il a été condamné aux travaux forcés à perpétuité ; après plusieurs années, il a été interné dans un établissement psychiatrique, où il réside encore.

Années 1980 : les tueurs du Brabant

Les tueurs du Brabant commettent, entre 1982 et 1985, une série d'attaques sanglantes à travers le pays, coûtant la vie à 28 personnes et blessant une quarantaine de personnes. Une de leurs cibles : la chaîne de supermarchés Delhaize. Les motifs des tueurs, qui n'ont jamais été démasqués, ne sont pas connus.

1984 et 1985 : Cellules Communistes Combattantes (CCC)

Les CCC, un groupuscule d'extrême gauche, commet en 1984 et 1985 quatorze attentats en Belgique. Elles annoncent souvent leurs attaques mais deux pompiers périssent néanmoins dans l'explosion d'une camionnette devant les bâtiments de la Fédération des entreprises de Belgique, dans le quartier de la gare Centrale à Bruxelles. Pierre Carette, le chef des CCC, sera arrêté avec trois complices dans un fast-food du Namurois. Condamné à la prison à vie en 1988, Pierre Carette est libéré le 25 février 2003.

6 décembre 1985 : un étudiant en droit tué dans un attentat contre le palais de justice de Liège

Au premier étage du palais de justice de Liège, une bombe explose à proximité d'une salle où six cents invités s'apprêtaient à se réunir pour la rentrée du barreau. Un étudiant en droit, Philippe Balis, perd la vie dans cet attentat. Par ailleurs, trois étages du palais sont grièvement endommagés. En lien avec cette affaire, le 16 avril 1987, l'avocat Jean-Michel Systermans est arrêté et accusé de "possession illégale d'explosifs et de tentative de destruction d'un bâtiment au moyen d'une explosion".

Systermans est également accusé de meurtre le 03 août 1987. Systermans avoue et dénonce ses complices : Christian Zeggers, 38 ans, chauffeur d'autobus, et Francis Reynders, 39 ans, fonctionnaire, tous les deux des clients de Systermans. L'ex-avocat, radié du barreau, sera reconnu coupable et condamné une première fois à mort par la cour d'assises de Liège le 13 octobre 1989 pour l'attentat perpétré contre le palais de justice de Liège et pour l'attentat préparé à son propre cabinet liégeois le 19 mars 1987. La cour acquitte Christian Zeggers pour ces faits. Francis Reynders est quant à lui condamné à la perpétuité.

Après avoir introduit un pourvoi en cassation, Systermans et Reynders seront rejugés une deuxième fois devant la cour d'assises du Brabant (condamnés le 23 octobre 1990) et une troisième fois devant la cour d'assises de Mons, où ils seront respectivement condamnés à mort et à douze ans de travaux forcés (28 mars 1991).

1er avril 1987 : deux morts dans une fusillade au palais de justice de Liège

Robert Gillon, Pierre Frère et José Cokaiko, membres de la bande de Robert Van Oirbeek, dit "Le Petit Robert", poursuivis pour hold-up, vols de voitures et détention d'armes, se trouvent au palais de justice de Liège pour y être jugés. Peu avant midi, Cokaiko et Gillon demandent à se rendre aux toilettes. A ce moment, Germaine Dely, la petite amie de Cokaiko, qui se trouvait dans la salle, se lève, brandissant une grenade, tandis qu'elle glisse un revolver à son ami.

Aussitôt, une fusillade éclate entre les sept gendarmes présents et le malfrat. Cokaiko, touché, y a laissé la vie. Son avocat, Me Jacques Henry, atteint d'une balle en plein front, est tué sur le coup. Germaine Dely, également touchée par une balle dans le ventre, a survécu. La grenade était fausse.

12 mai 1987 : septuple meurtre dans une ferme de Pepingen (Brabant flamand)

Michel Van Wijnendaele, un ex-coureur cycliste de 28 ans, pénètre dans deux fermes du hameau de Bogaarden, près de Pepingen, et ouvre le feu sur les habitants avec un fusil de chasse. Il tue pas moins de sept personnes, dont un enfant de trois ans. Une autre personne est également grièvement blessée.

Le meurtrier s'enfuit à bord d'une Opel de couleur bleue, et prend la direction de Denderwindeke, où il blesse encore deux autres personnes. Au cours de la soirée, après une course-poursuite, le tueur est intercepté par la police à Sirault, dans le Hainaut, où il finit par se suicider d'une balle dans la tête. Les raisons de cette équipée meurtrière ne seront jamais éclaircies.

11 mai 2006 : Hans Van Themsche abat deux personnes à Anvers

Hans Van Themsche blesse grièvement à Anvers Songul Koç, une Turque de 47 ans, et tue une jeune Malienne de 24 ans, Oulematou Niangadou, ainsi qu'une petite fille de 2 ans, Luna Drowart, avant d'être neutralisé par un policier. Le jeune homme de 18 ans avait des sympathies pour l'extrême droite. Il sera condamné l'année suivante par la cour d'assises d'Anvers à la prison à vie.

23 janvier 2009 : Kim De Gelder poignarde deux enfants et une puéricultrice à mort

Vers 10 heures du matin, un jeune homme de 20 ans, Kim De Gelder, le visage maquillé, fait irruption dans la crèche Fabeltjesland à Termonde, et poignarde à mort deux enfants (Korneel Vermeir, neuf mois, et Léon Garcia, six mois) et une puéricultrice de 54 ans, Marita Blindeman. Le jeune homme blesse également dix autres enfants et deux autres adultes.

Il s'enfuit de la crèche à vélo et prend la direction de Lebbeke, où il sera appréhendé vers 11 h 30. L'annonce de ces meurtres provoque un veritable émoi dans la population. Le 2 mars 2009, Kim De Gelder avoue le meurtre d'une septuagénaire, Elza Van Raemdonck, commis à Beveren (Vrasene) le 16 janvier 2009. Son procès n'a pas encore eu lieu.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires