De nouveaux plans secrets de sites sensibles de l'Etat en ligne

24/09/15 à 11:15 - Mise à jour à 11:21

Source: De Morgen

De nouveaux plans détaillés de bureaux de police et de palais de justice en Belgique viennent encore d'être dévoilés sur le site de la Régie des bâtiments.

De nouveaux plans secrets de sites sensibles de l'Etat en ligne

Le palais de justice de Bruxelles © Belga

Le plan du QG militaire d'Evere se trouve ainsi en ligne. Une pratique qui peut surprendre, mais qui ferait en réalité partie d'une procédure standard dans le cadre de travaux de rénovation. Le journal De Morgen se demande toutefois si cette procédure ne devrait pas être remise en question dans un contexte de menace terroriste élevée.

Les nouveaux plans sur lesquels est tombé le journal De Morgen sont accessibles au grand public sur le site de la Régie des bâtiments, qui est le gestionnaire immobilier de l'Etat. Cet organe fédéral a publié les plans de bâtiments sensibles du pays, quelques jours seulement après la publication par De Morgen d'un article révélant la mise en ligne de plans de prisons, de palais de justice et de bâtiments européens, Il semble que ces nouvelles cartes, facilement consultables par tout un chacun soient encore plus détaillées.

Cette fois, il s'agit du plan de la caserne de police Geruzet à Bruxelles, de plans du centre fermé pour demandeurs d'asile de Steenokkerzeel, des informations sur le bâtiment de la police d'Hasselt, mais aussi un plan de la prison de la rue du Béguinage à Anvers, d'un bureau de police gantois et même du palais de justice de Bruxelles.

"Amateurisme aveugle"

La mise en ligne de nouveaux plans du palais de justice est plutôt étonnante vu que la Régie avait dû retirer de son site la semaine dernière 144 pages donnant notamment des informations sur la sécurité des entrées du palais après avoir été contactée par De Morgen. Le ministre en charge, Jan Jambon (N-VA) avait d'ailleurs ouvert une enquête interne pour savoir si ces documents avaient été téléchargés. La page web où était hébergé le document pouvait être trouvée via une simple recherche sur Google, indique De Morgen.

Un autre site internet des autorités fédérales montre, lui, un plan du quartier militaire général d'Evere, qui se trouve à côté du site de l'OTAN et où est installé le Service général du renseignement et de la sécurité. Ici aussi, le plan est accessible au grand public. Selon un expert contacté par le journal flamand qui préfère rester anonyme, c'est une preuve que la Régie des bâtiments n'applique simplement pas les contrôles de sécurité les plus élémentaires. "C'est de l'amateurisme aveugle", clame-t-il.

Les ministres compétents en la matière, Jambon et Steven Vandeput (N-VA) ont répondu de manière très évasive à ce sujet. Selon Jambon, il n'y a aucun problème, car les plans sont publiés dans le cadre d'un cahier des charges - ils font partie d'un projet de rénovation des bâtiments - et cela est tout à fait permis, a-t-il réagi. Il annonce:" Nous allons tout de même faire une enquête, mais pour le moment, il n'y a aucune raison de retirer ces documents. Nous devons nous demander si ces documents doivent être aussi détaillés et si nous ne devons pas modifier la procédure. " Un peu plus tard en soirée, Jambon a annoncé que les documents étaient quand même retirés du site afin de ne prendre aucun risque. Détail piquant: en Belgique, le niveau de menace terroriste a été relevé.

Quid alors des plans du QG militaire d'Evere? "Ces plans concernent des parties du bâtiment du Service général du renseignement et de la sécurité qui doivent subir des travaux. Ces parties du bâtiment ne sont pas classifiées et peuvent donc être rendues publiques. Quand il s'agit de travaux sur des parties sensibles du bâtiment, d'autres procédures sont appliquées. Ces plans ne peuvent pas être mis en ligne et les entrepreneurs doivent venir sur place en personne", explique le ministre Vandeput. Le Morgen note encore que le site du Service général du renseignement et de la sécurité est un site hautement sécurisé, aucune photo n'existe et son accès est très compliqué.

Nos partenaires