De nouveaux licenciements sont à craindre dans les communes wallonnes

30/10/13 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Source: Le Vif

"La situation financière des communes wallonnes ne fait que s'aggraver et on peut craindre de nouveaux licenciements", a indiqué mercredi matin le président de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW), Jacques Gobert.

De nouveaux licenciements sont à craindre dans les communes wallonnes

© Belga

Ces derniers mois, les communes d'Andenne, de Colfontaine, de Neupré, d'Esneux, d'Ath, de Fémalle, de Visé, d'Ohey ou encore de Fléron ont notamment été contraintes de se séparer de plusieurs membres de leur personnel pour faire face à des difficultés budgétaires. Ce sont essentiellement les transferts de charge en provenance du fédéral qui pèsent sur les budgets des communes, d'après M. Gobert, qui cite à titre d'exemple la politique d'activation des chômeurs ou la réforme des polices dont "le budget est en explosion".

Pour faire face à ces nouvelles charges, "les communes décident elles-mêmes des mesures à prendre. Certaines optent pour des licenciements, d'autres pour des augmentations de taxes ou une diminution de leur offre de services". Le président de l'UVCW reconnaît également que la privatisation de certains services publics communaux risque d'augmenter, comme c'est le cas à Colfontaine où 32 techniciennes de surface communales sont licenciées avant d'être transférées dans le secteur privé.

M. Gobert plaide notamment pour qu'une plus grande marge de manoeuvre soit accordée aux communes et rappelle qu'"une grande majorité d'entre elles sont bien gérées". D'après Louise-Marie Bataille, secrétaire-générale de l'UVCW, certaines communes veulent maintenant augmenter les impôts et le précompte immobilier. "Ce sont des signes très graves. Certains employés communaux partis à la retraite ne sont même pas remplacés. Il y en a qui font le pas plus loin, on en vient carrément à des licenciements secs. Nous avions sonné le tocsin pour les budgets 2013. Avec le budget 2014, certains sonnent le glas", a-t-elle déclaré sur Bel-RTL.

Nos partenaires