De jeunes musulmans visitent la Grande synagogue de Bruxelles

12/04/18 à 19:53 - Mise à jour à 19:55

Source: Belga

(Belga) Un groupe de 14 jeunes musulmans âgés de 14 à 18 ans ont visité jeudi après-midi la Grande synagogue de Bruxelles, à l'initiative du groupe de réflexion et d'action "Les Femmes de l'Olivier".

Le groupe "Les Femmes de l'Olivier" a été constitué en octobre dernier par Nadine Iarchy et Evelyne Haberfeld, toutes deux membres de la Communauté juive, ainsi que par Mariem Bouselmati, sociologue et musulmane. Elles se sont rencontrées le 4 octobre au Sénat, à l'occasion du colloque "Religioptimist". "Notre objectif est de lutter contre le communautarisme et le repli sur soi qui engendrent un rejet de l'autre par ignorance", explique Mariem Bouselmati. "On va dans les quariters pour expliquer aux jeunes qu'il y a d'autres manières de vivre et de voir les choses. (...) Ce sont des jeunes qui vivent dans des quartiers défavorisés. Dans les écoles, ils se retrouvent avec 80% d'élèves d'origine musulmane et donc ils ont peu l'occasion de voir des personnes différentes". Cette visite de la synagogue est la première activité de groupe proposée par "Les Femmes de l'Olivier". Plusieurs jeunes ont porté la kippa pour entrer dans le lieu de culte . Ils ont posé diverses questions, notamment sur la symbolique de cette calotte et sur les raisons de la séparation entre les hommes et les femmes, et ont estimé qu'il y avait finalement plus de convergences avec leur religion qu'ils ne le pensaient. Ils ont aussi posé des questions sur le parti Islam. "On leur a expliqué qu'il avait peu d'élus, donc qu'il n'était pas représentatif de la communauté et qu'il peut être considéré comme un parti d'extrême droite qui peut être nocif pour leur avenir", leur a répondu Mariem Bouselmati. Les jeunes ont visité la synagogue, ont regardé la Torah et ont terminé en se retrouvant autour d'un goûter. "J'ai trouvé intéressant de pouvoir s'ouvrir à une autre culture", a déclaré Rachid, un Molenbeekois de 16 ans. "On vient de quartiers sensibles et je pense que c'est important de ne pas rester enfermés dans sa communauté. (...) J'ai apprécié d'en apprendre plus sur leur histoire. On vient tous du même Dieu et on est tous frères et soeurs. J'ai aimé cette solidarité aujourd'hui et j'aimerais la voir partout, car je trouve qu'elle se perd aujourd'hui." (Belga)

Nos partenaires