De Croo plaide pour une refédéralisation: "auto-destructeur", balaie la N-VA

13/07/16 à 18:55 - Mise à jour à 18:55

Source: Belga

(Belga) Le chef de file de l'Open Vld au gouvernement fédéral Alexander De Croo a plaidé mercredi dans L'Echo pour une refédéralisation de certaines compétences comme la mobilité, le commerce extérieur, la politique climatique ou la sécurité, au nom d'une meilleure efficacité. Du côté de la N-VA, partenaire de gouvernement des libéraux flamands tant au Fédéral qu'en Flandre, la proposition a été - sans surprise - balayée d'un revers de main.

Pour le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA), la politique de la mobilité serait en effet mieux exercée si elle était détenue par une seule main, mais cette main doit être celle de la Flandre. "Peut-être le ministre De Croo juge-t-il que la SNCB est un exemple de politique de la mobilité efficace?", a-t-il réagi. Le député flamand Karl Valouwe (N-VA) est lui monté au créneau pour s'opposer à une refédéralisation du Commerce extérieur. "C'est une proposition auto-destructrice. La Flandre s'en sort merveilleusement en la matière. Elle représente 83% des exportations belges. L'agence Flanders Investment and Trade (FIT) prouve par défaut qu'avoir sa propre politique est payant." Pour Karl Vanlouwe, la proposition de M. De Croo est peut-être inspirée par la mauvaise volonté francophone à conclure un nouvel accord de coopération en matière de Commerce extérieur, qui soit adapté à la nouvelle structure de la Belgique. "Celui qui plaide pour une refédéralisation s'égare. Plus encore, M. De Croo ternit la compétitivité de nos entreprises flamandes au nom de la mauvaise volonté francophone, comprenne qui pourra", ajoute-t-il. La refédéralisation de certaines compétences est un thème récurrent ces derniers mois chez les élus et mandataires Open Vld. "L'objectif premier, cela doit être l'efficacité. Il faut rendre la vie du citoyen et de nos entreprises plus simple, pas plus compliquée", souligne M. De Croo dans L'Echo. A ses yeux, "il faut sortir de cette discussion dogmatique et stérile avec, d'un côté, les Flamands qui veulent régionaliser de nouvelles compétences et, de l'autre côté, les francophones qui ne le souhaitent pas". (Belga)

Nos partenaires