De Croo craint "une perte de temps inutile", De Wever évoque "un show"

21/11/11 à 19:47 - Mise à jour à 19:47

Source: Le Vif

Le président de l'Open Vld Alexander De Croo s'est dit "étonné" ce lundi soir d'avoir vu le formateur quitter la table des négociations pour aller présenter sa démission au chef de l'État. Pour Bart De Wever, les prochains jours vont montrer si cette démission s'apparente à un show ou reflète une véritable rupture rendant possibles de nouvelles avancées.

De Croo craint "une perte de temps inutile", De Wever évoque "un show"

© Belga

Alexander De Croo a déclaré avoir pourtant entendu six partis qui veulent négocier sur base de la note Di Rupo. "Je crains que ce que (le formateur) a fait ne mène à une perte de temps inutile", a-t-il commenté sur la VRT ce lundi soir.

A ses yeux, il ne convient pas de boucler un budget qui serait busé dans les trois semaines par la Commission européenne, ajoute-t-il. Mais si les six partis se déclarent prêts à traduire les recommandations de l'Europe dans des mesures budgétaires, "cela peut aller très vite", selon lui.

Alexander De Croo se dit prêt à faire des compromis, "mais seulement si le pays en sort renforcé".

Show ou véritable rupture ?

Les prochains jours vont montrer si la démission que le formateur Elio Di Rupo a présentée ce lundi au Roi s'apparente à un show ou reflète une véritable rupture rendant possibles de nouvelles avancées, a affirmé en soirée le président de la N-VA, Bart De Wever, sur la VRT.

Quelques heures à peine avant le départ d'Elio Di Rupo pour Ciergnon, où le formateur est allé présenter sa démission au Roi, qui l'a tenue en suspens, la N-VA avait proposé de constituer un gouvernement d'urgence sans les socialistes, proposition rapidement écartée par l'Open Vld. "Peut-être les partis qui veulent mettre en oeuvre les recommandations européennes peuvent-ils tirer sur la même corde", a indiqué M. De Wever, reformulant sa proposition.

Le président des nationalistes flamands assure ne pas adopter la stratégie du pourrissement. "Même un couple sur le point de se séparer n'a d'autre choix que de sauver la maison lorsque l'incendie est là", a-t-il commenté.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires