De Crem, sous le feu des critiques, juge "primordial" d'acheter 40 chasseurs

13/12/13 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Le Vif

Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a réaffirmé jeudi, en dépit des critiques, qu'il était "primordial" pour lui de prendre lors de la prochaine législature une décision sur le remplacement des chasseurs F-16 vieillissants par une quarantaine de nouveaux avions de combat.

De Crem, sous le feu des critiques, juge "primordial" d'acheter 40 chasseurs

© Belga

"L'achat de 40 appareils est indispensable" pour assurer le renouvellement des F-16 et la crédibilité de la Belgique sur la scène internationale, a-t-il dit en séance plénière de la Chambre au lendemain d'une "sortie" médiatique sur le même thème - d'abord lors d'un discours devant l'Institut royal supérieur de Défense (IRSD), puis sur le plateau de l'émission Ter Zake de la VRT-télévision. De Crem a chiffré le coût unitaire des nouveaux chasseurs, quelque que soit le type, à 80 à 100 millions d'euros, pour une durée de vie allant de 30 à 40 ans.

Plusieurs députés, tant de la majorité que de l'opposition, ont dénoncé le cavalier seul joué par De Crem (CD&V). "Vous êtes en train de gâcher ce dossier en faisant des déclarations irréfléchies", affirmé Vincent Van Quickenborne (Open Vld), soulignant que la question n'avait jamais été discutée au sein du conseil ministériel restreint ("kern"). Il a évoqué un "numéro médiatique bien orchestré" du ministre, se demandant si De Crem s'était exprimé en tant que vice-Premier ministre au nom du gouvernement. Le député Dirk Van der Maelen (sp.a) a pour sa part parlé de "fuite en avant", chiffrant l'achat de nouveaux avions de combat à "quatre à six milliards d'euros", alors que 1,2 milliard d'euros est nécessaire pour sortir nombre de Belges de la pauvreté. "Le débat est difficile et sensible", a quant à lui résumé Georges Dallemagne (cdH), en réclamant lui aussi un débat approfondi sur l'avenir de la Défense et son niveau d'ambition.

Dans l'opposition, le député Wouter De Vriendt (Groen) a accusé le ministre de refuser de parler du remplacement des F-16 au sein des commissions ad hoc (de la défense et des achats militaires), en tant que président de la seconde. De quatre à six milliards d'euros, c'est trop fois le montant nécessaire pour sortir des gens de la précarité, a ajouté l'élu écologiste. "Votre proposition vise tout simplement à faire plaisir aux Américains", a poursuivi De Vriendt, dans une allusion à la candidature - présumée mais non déclarée - du ministre de la Défense comme prochain secrétaire-général de l'Otan.

La députée Karolien Grosemans (N-VA) a qualifié De Crem de "cow-boy solitaire" et le CD&V de "parti solitaire", en concluant qu'"il est clair que (un gouvernement) Di Rupo II est devenu impossible". Le ministre a répondu en citant la déclaration gouvernementale de l'équipe Di Rupo 1er, qui stipule que "dans le prolongement du plan d'investissement actualisé (2011-2014), une réflexion sera organisée avec le parlement sur la problématique du remplacement à long terme des équipements majeurs, comme les frégates et les chasseurs de mines de la Marine, ainsi que les chasseurs-bombardiers F-16 entrés en service en 1979 et 1985. Il a souligné, citant un rapport du Service public fédéral (SPF) Économie, que la participation belge au programme F-16 avait largement contribué au développement de l'industrie aéronautique et spatiale belge, qui occupe quelque 7.000 personnes. "Y compris dans la région de Courtrai", a-t-il fait observer à l'adresse de Van Quickenborne, le bourgmestre libéral de cette ville.

Belga

Nos partenaires