De Crem s'est rendu très discrètement à Washington

06/11/13 à 07:05 - Mise à jour à 07:05

Source: Le Vif

Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, effectue depuis lundi en toute discrétion une visite - non annoncée au préalable - aux Etats-Unis pour mener notamment des discussions avec l'administration du président Barack Obama alors que débute la course à la succession du Danois Fogh Anders Rasmussen à la tête de l'Otan, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

De Crem s'est rendu très discrètement à Washington

© Belga

Cette visite "de routine" selon son entourage intervient également alors que l'Otan réfléchit au maintien d'une présence militaire en Afghanistan au-delà du 31 décembre 2014, date fixée pour la fin de sa mission de combat dans ce pays, et à un an d'un nouveau sommet atlantique prévu l'automne prochain à Londres. M. De Crem a notamment rencontré mardi à Washington son homologue américain, Chuck Hagel, qui a "salué le rôle majeur joué par la Belgique" en faveur des efforts en matière de sécurité dans plusieurs parties du monde, selon le porte-parole du Pentagone, George Little. Selon lui, la Belgique s'est notamment engagée à (continuer à) entraîner les forces de sécurité afghanes au-delà de (fin) 2014, la date prévue pour la fin de la mission de combat de la force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan. "Le secrétaire (à la Défense) Hagel a remercié M. De Crem pour son soutien inébranlable aux questions de sécurité", a ajouté M. Little.

Selon le Pentagone, la Belgique fait également preuve de son engagement à "maintenir la paix et la sécurité en participant à des missions bilatérales, de l'Union européenne et des Nations Unies au Mali, en Somalie et en République démocratique du Congo (RDC)".

Les deux ministres "ont exprimé leur engagement à maintenir la relation étroite en matière de défense partagée par les Etats-Unis et la Belgique", a souligné le porte-parole du Pentagone.M. De Crem a également assisté mardi à l'intervention de M. Hagel devant le Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS), un groupe de réflexion de Washington, au cours de laquelle le chef du Pentagone a affirmé que la défense américaine devait se "réorganiser" pour faire face aux coupes budgétaires amenées à durer.

"Ces coupes sont trop rapides, trop importantes et irresponsables", a dénoncé M. Hagel, un ancien sénateur républicain. Le Pentagone a subi 37 milliards de dollars de coupes automatiques l'an passé et s'apprête à en connaître à nouveau 52 milliards, soit 10% de son budget. La visite de M. De Crem à Washington - après d'autres récents déplacements discrets dans des capitales alliées - intervient aussi à l'approche de la désignation d'un nouveau secrétaire général de l'Otan pour succéder au Danois Anders Fogh Rasmussen. Parmi les candidats supposés figurent, outre le ministre belge de la Défense, son homologue sortant allemand, Thomas de Maizière, le chef de la diplomatie polonaise, Radoslaw Sikorski, et l'ancien ministre italien des Affaires étrangères du temps de Silvio Berlusconi, Franco Frattini.

Nos partenaires