Darfour: 20 morts dans des affrontements entre tribus

18/04/16 à 02:25 - Mise à jour à 02:25

Source: Belga

(Belga) Une vingtaine de personnes ont été tuées dans des affrontements entre deux tribus arabes dans la province de l'Est Darfour (Soudan), ont annoncé dimanche à l'AFP des chefs de tribus.

Darfour: 20 morts dans des affrontements entre tribus

Darfour: 20 morts dans des affrontements entre tribus © BELGA

Selon l'un des chefs de tribus, les affrontements entre les tribus arabes Maaliya et Rizeigat semblent avoir été déclenchées par un vol de bétail. Plusieurs dizaines de personnes avaient trouvé la mort il y a près d'un an dans des combats entre ces deux tribus. "Lorsque des voitures poursuivant les voleurs se sont arrêtées à un point de contrôle de l'armée, elles ont essuyé des tirs d'artillerie, un véhicule a été détruit et un autre saisi", a déclaré Murdas Jumaa, chef de la choura (assemblée) des Maaliya. "Dix de nos hommes ont été tués et cinq blessés", a-t-il dit. Un chef de la tribu des Rizeigat, qui a souhaité garder l'anonymat, a confirmé que des combats avaient eu lieu. "De notre côté, dix hommes ont été tués, et autant blessés", a-t-il ajouté. Selon ces sources, "les forces du gouvernement étaient présentes dans le secteur mais elle ne sont pas intervenues pour mettre fin aux affrontements". Un membre de la choura des Rizeigat, Mohamed Issa Aliu, a confirmé que sa tribu avait subi des pertes, sans pouvoir fournir de bilan précis. Les autorités soudanaises limitent l'accès de la presse au Darfour, région en proie à des affrontements entre le régime de Khartoum et des groupes rebelles, et il est impossible de vérifier les chiffres de source indépendante. Les autorités soudanaises n'ont pas pu être jointes. Des contentieux de longue date opposent les tribus à propos des droits de propriété sur les terres et les accusations de vol de bétail. Darfour est le théâtre depuis 2003 d'un conflit opposant des insurgés appartenant à des minorités ethniques aux forces du président soudanais Omar el-Béchir. Les rebelles accusent son gouvernement d'avoir marginalisé sur le plan ethnique les habitants de la région. (Belga)

Nos partenaires