Damas accuse Ryad et Ankara de faire échouer les pourparlers de Genève

19/04/16 à 01:28 - Mise à jour à 01:28

Source: Belga

(Belga) Le régime syrien a accusé lundi l'Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar, parrains de l'opposition, de vouloir faire échouer les pourparlers de paix à Genève après la décision de celle-ci de suspendre sa participation aux négociations.

Damas accuse Ryad et Ankara de faire échouer les pourparlers de Genève

Damas accuse Ryad et Ankara de faire échouer les pourparlers de Genève © BELGA

"Il y a une décision (...) en Arabie saoudite, en Turquie et au Qatar de faire échouer la prise de décision inter-syrienne, ils ne veulent pas d'un dialogue entre Syriens, ils veulent faire échouer les négociations de Genève", a affirme Bachar al-Jaafari, chef de la délégation du régime, dans une interview lundi soir à la télévision al-Mayadeen, basée à Beyrouth. "Les parrains saoudien, turc et qatari ne veulent pas arrêter le bain de sang en Syrie et ne veulent pas d'une solution politique en Syrie", a encore ajouté M. Jaafari qui est le représentant de la Syrie à l'ONU. Selon lui, l'opposition et les pays qui la soutiennent sont "énervés en raison du progrès réalisé par l'armée syrienne sur le terrain". L'opposition syrienne a suspendu lundi sa participation "formelle" aux négociations Genève pour protester contre la "détérioration" de la situation en Syrie, où la trêve en vigueur depuis le 27 février est menacée. Le coordinateur de l'opposition, Riad Hijab, a ainsi jugé "inacceptable" de poursuivre les négociations, alors que le régime de Damas continue de "bombarder et d'affamer les civils" en menant une offensive militaire contre la région d'Alep, en dépit de la trêve. Affirmant répondre aux "violations" du régme, dix groupes rebelles principalement islamistes ont annoncé qu'ils mettaient en place une riposte coordonnée et lancé une offensive notamment dans la province de Lattaquié (ouest), fief du président syrien Bachar al-Assad. Le sort de ce dernier reste la principale pierre d'achoppement dans les négociations. L'opposition insiste pour la constitution d'un "organisme de transition" doté des pouvoirs exécutifs et dont serait exclu Bachar al-Assad, tandis que le régime veut un "gouvernement de coalition" avec l'opposition sous l'autorité du président. "Le gouvernement élargi est notre objectif à Genève. La présidence n'a rien à voir avec l'activité des délégations, (en discuter) n'est pas du ressort des pourparlers de Genève", a martelé M. Jaafari lundi. La guerre en Syrie a ait plus de 270.000 morts et déplacé plus de la moitié de la population en cinq ans. (Belga)

Nos partenaires