D'"énormes baisses de charges" pour engager le stagiaire

17/06/12 à 15:56 - Mise à jour à 15:56

Source: Le Vif

La ministre de l'Emploi propose d'importantes baisses de charges pour les jeunes peu formés et pour les travailleurs âgés, ainsi qu'un fonds de financement des prépensions. Objectif : permettre aux catégories les plus défavorisées sur le marché du travail d'accéder plus facilement à un emploi.

D'"énormes baisses de charges" pour engager le stagiaire

© Image Globe

La ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (sp.a), a dévoilé dimanche, sur le plateau de la VRT, les grandes lignes de son plan pour l'emploi, l'un des axes du plan de relance auquel oeuvre actuellement le gouvernement Di Rupo. Elle propose notamment d'importantes baisses de charges pour les jeunes peu formés et pour les travailleurs âgés, ainsi qu'un fonds de financement des prépensions.


Le plan vise à permettre aux catégories les plus défavorisées sur le marché du travail d'accéder plus facilement à un emploi. Pour les jeunes peu formés, la ministre veut créer 10.000 places de stages en entreprise durant les douze mois d'insertion professionnelle (la nouvelle dénomination du stage d'attente, précédant le versement du chômage aux jeunes n'ayant jamais travaillé). Les employeurs bénéficieraient ensuite d'"énormes baisses de charges" s'ils engagent leur stagiaire.


Monica De Coninck veut lancer cette mesure très rapidement, en sorte que les jeunes qui s'inscrivent en juillet puissent en bénéficier à partir du début 2013, s'ils n'ont pas trouvé de travail après six mois.


Le plan prévoit également d'importantes baisses de charges sociales en faveur des employeurs qui engagent des travailleurs plus âgés. Un fonds de financement des prépensions serait en outre créé pour que la charge éventuelle d'un licenciement ne pèse pas exclusivement sur le dernier employeur.


La ministre De Coninck envisage aussi de sanctionner les entreprises qui n'investiraient pas dans la formation continue de leurs employés, ou qui licencient sans avoir démontré qu'elles ont investi dans le capital humain.


LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires