Cybercriminalité: l'arsenal juridique belge positivement évalué

03/03/15 à 21:21 - Mise à jour à 21:20

Source: Belga

La Belgique a pris plusieurs bonnes initiatives en faveur de la cybersécurité, juge Business Software Alliance (BSA), une association qui réunit des entreprises créatrices de logiciels, dans une étude publiée mardi. Ce n'est pas le cas de tous les pays européens, selon l'enquête qui passe au crible les législations des 28 Etats membres.

Cybercriminalité: l'arsenal juridique belge positivement évalué

/ © istock

"Même si la plupart des Etats membres s'accordent à considérer la cybersécurité comme une priorité, des incohérences d'approche créent des vulnérabilités qui exposent le marché unique aux menaces", estime Thomas Boué, directeur Réglementation de la BSA.

"Notre étude n'a pas pour objectif de pointer du doigt certains pays, mais de montrer quelles initiatives sont prises dans les différents Etats membres afin d'atteindre un niveau de cybersécurité uniforme au sein de l'Union européenne", explique-t-il.

La Belgique s'illustre positivement notamment grâce à sa stratégie de cybersécurité adoptée en 2012. "Une telle stratégie est essentielle", selon Thomas Boué. Toutefois, ce document n'a pas été révisé depuis sa ratification, regrette-t-il, alors que les évolutions dans ce domaine sont quotidiennes. Le cadre juridique belge manque de clarté et les informations sur sa mise en oeuvre restent lacunaires, relève également l'étude de BSA.

L'ouverture du Centre pour la cybersécurité belge est une autre initiative positive, dont d'autres pays pourraient s'inspirer.

Ailleurs en Europe, M. Boué cite la Lettonie en exemple. Une ligne du temps y signale toutes les adaptations à la législation ainsi que leur date d'entrée en vigueur.

En savoir plus sur:

Nos partenaires