Crise politique : un camp virtuel au 16

12/01/11 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Source: Le Vif

Sur internet, les réactions citoyennes anti-crise s'enchaînent. Sur Youtube, le journaliste de la VRT, Kris Janssens réclamait des politiques un travail aussi efficace que celui du plombier! Sur le site "Camping 16 Rue de la Loi", un publicitaire de l'agence Guillaume Duval suit la même logique et lance un ultimatum aux politiciens. Les Belges paient pour un gouvernement. Les politiques ont 100 jours pour en former un. En attendant le remboursement de leurs dotations, des milliers personnes campent virtuellement Rue de la Loi !

Crise politique : un camp virtuel au 16

© Camping16.be

"Votre patience est également à bout? Envoyez un signal clair aux politiques et soutenez 'Camping 16'. (...) Montez votre tente virtuelle, occupez la Rue de la Loi 16, et faites savoir aux politiques que vous en voulez pour votre argent", encourage Geoffrey Hantson,le créateur de Camping 16.

Le site est né du ras-le-bol de quelques copains qui, autour d'un verre, ont décidé de faire quelque chose. Geoffrey Hantson insiste sur le fait que s'il est directeur créatif de l'agence Guillaume Duval, c'est à titre tout à fait personnel qu'il a créé Camping 16.

L'édition du Soir de ce mercredi comptait 15.000 campeurs sur Camping16.be, ce mercredi matin, 15.000 internautes supplémentaires ont planté leur tente et ce midi, ils sont plus de 32.000. "Nous enregistrons 5 inscriptions par seconde", explique Geoffrey Hantson, néerlandophone de 38 ans. C'est pas mal du tout par un temps pareil !

Un ras-le-bol généralisé

Depuis quelques jours, les réactions s'enchaînent. La vidéo de Kris Janssens, l'appel à manifester de trois étudiants de la VUB, le camping virtuel, La Belgique au poil de Poelvoorde,... La coupe est pleine et les citoyens déversent leur impatience sur la Toile, sortant de l'apathie fataliste dans laquelle stagnaient les Belges jusqu'à peu.

On s'en remet dès lors à la logique la plus simple, celle du "on paie, on veut un résultat". "Cette campagne se veut constructive. Pourquoi ne pas faire une sorte de Test-Achats de la politique? Si vous achetez un ordinateur qui ne fonctionne pas, vous vous le faites rembourser, non?", commente encore Geoffrey Hantson, créateur du Camping au 16.

Rembourser les dotations des partis élus

En gros, cela signifie que, si dans 100 jours les partis ne se sont pas remués pour colmater la fuite -du pays-, les Belges se verront dans le droit légitime de réclamer le remboursement de leurs dotations!

"On trouve normal que des produits, des services, soient remboursés s'ils ne fonctionnent pas. On exige un terme pour chaque chose! Les partis élus reçoivent des dotations mais ne s'en sortent pas. Le produit ne fonctionne pas! Ces dotations, c'est l'argent de la population de Belgique!", raisonne Geoffrey Hantson.

L'anti-politisme n'entre pas du tout dans la logique du site. "On veut inciter les politiques à faire leur job! 100 jours, c'est beaucoup! Nous voulons simplement installer un terme pour les négociations", poursuit le créateur du Camping 16.

Un objectif simple, une méthode virtuelle ludique et efficace... Mais aussi une manière de protester sans pour autant quitter son fauteuil ! Les plus paresseux se contenteront de planter la tente sur la toile, d'autres attendront la marche du 23 janvier.

Valentine Defraigne

Nos partenaires