Crise politique francophone - Le gouvernement bruxellois fera une mise au point devant les députés, annonce R. Vervoort

07/09/17 à 14:56 - Mise à jour à 14:57

Source: Belga

(Belga) Le gouvernement bruxellois doit pouvoir dépasser le moment de crise importée d'ailleurs au cours de l'été car le citoyen attend autre chose de sa part. Il fera une mise au point lors de la rentrée parlementaire du 18 septembre prochain en définissant les grands chantiers qu'il lui reste à gérer d'ici la fin de la législature, a indiqué jeudi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, à l'issue de la réunion de rentrée des ministres bruxellois.

Celle-ci a eu lieu dans un contexte de tensions entre les partis francophones liées à la volonté du président du cdH Benoît Lutgen (cdH) de ne plus gouverner avec les socialistes dans les entités fédérées (co-)gérées par les francophones. Cette volonté a abouti à un changement de majorité en Région wallonne, mais pas à Bruxelles, ni en Fédération Wallonie-Bruxelles où, pour réussir, l'opération aurait dû obtenir l'appui de DéFI. Cela ne s'est pas produit, la formation amarante ayant placé la barre très haut à l'égard des trois partis dits traditionnels en matière de gouvernance. "Nous devons pouvoir dépasser ce moment car le citoyen attend autre chose de nous. Nous avons travaillé ce matin dans l'ambiance habituelle même si ce fut un peu bizarre dans le contexte politique actuel", a commenté Rudi Vervoort, à l'issue de la réunion des ministres bruxellois. Selon le ministre-président, l'exécutif régional reprécisera "un certain nombre de points" et définira "les grands chantiers qui restent à accomplir", à l'occasion de la rentrée. M. Vervoort procédera à la lecture d'une déclaration de politique générale durant la troisième semaine d'octobre, fort des orientations budgétaires à fixe pour l'année prochaine. Jeudi, son gouvernement a donné son feu vert à une réduction drastique des rémunérations dans les Organismes d'Intérêt Public et dans les asbl communales. De son côté, la ministre cdH Céline Fremault a insisté sur l'ambiance constructive de cette réunion de rentrée "particulière". Précisant avoir été "loyale et ferme depuis le début", elle a indiqué avoir également des demandes en matière de gouvernance. À ses yeux, chaque ministre devra ainsi examiner la situation des organismes et institutions qui dépendent des départements dont il a la charge. (Belga)

Nos partenaires