Crise politique en RDC - M. Reynders met en garde les auteurs de la "répression brutale" des manifestations

01/01/18 à 16:27 - Mise à jour à 16:29

Source: Belga

(Belga) Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a averti les dirigeants congolais que leur responsabilité était engagée dans la "répression brutale" qui a fait au moins huit morts dimanche en République démocratique du Congo (RDC) lors de manifestations contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, dont le mandat a pris fin en décembre 2016.

"Avec mes collègues de l'UE nous avions appelé au respect de la liberté d'expression. Face à des événements aussi tragiques, la responsabilité individuelle des auteurs et de ceux qui n'ont pas respecté l'accord du 31/12 (dit de la Saint-Sylvestre, conclu en décembre 2016 entre la Majorité présidentielle et l'opposition et prévoyant un maintien de M. Kabila au pouvoir jusque fin 2017) est engagée", a-t-il affirmé sur Twitter. Huit personnes ont trouvé la mort dimanche en RDC et une centaine d'autres ont été arrêtées, en marge de manifestations - à l'appel de catholiques congolais et auxquelles s'étaient associées l'opposition et la société civile - contre le maintien au pouvoir du président Kabila, dont le mandat a pris fin en décembre 2016. L'Union européenne avait condamné le 11 décembre dernier les violations des droits de l'Homme en RDC ainsi que les actes de harcèlement à l'encontre d'acteurs politiques de l'opposition, de représentants des médias et de la société civile, ainsi qu'à l'encontre de défenseurs des droits de l'Homme. Les ministres européens des Affaires étrangères avaient à cette occasion prolongé d'un an les sanctions visant seize responsables congolais - dont plusieurs ministres et des haut gradés militaires - impliqués, selon elle, dans de "graves violations des droits de l'homme". Commentant les manifestations de dimanche, M. Reynders a aussi souligné, toujours sur son compte Twitter, que "de nombreux Congolais souhaitaient se recueillir et se rassembler pacifiquement à Kinshasa, Lubumbashi, Goma...". "Ils se sont heurtés à une répression brutale. Plus que jamais, la mise en ?uvre fidèle des accords de la Saint-Sylvestre s'impose", a-t-il déclaré. (Belga)

Nos partenaires