Crise des migrants - Une lettre de protestation après l'annonce de la fermeture du centre de Lombardsijde

12/02/16 à 18:15 - Mise à jour à 18:15

Source: Belga

(Belga) Le centre pour demandeurs d'asile de Lombardsijde (Middelkerke, Flandre occidentale) doit fermer ses portes le 10 mars, a confirmé Fedasil vendredi. Un bénévole mécontent a décidé d'écrire une lettre ouverte au secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA).

Crise des migrants - Une lettre de protestation après l'annonce de la fermeture du centre de Lombardsijde

Crise des migrants - Une lettre de protestation après l'annonce de la fermeture du centre de Lombardsijde © BELGA

Depuis le mois d'octobre 2015, quelque 200 demandeurs d'asile séjournent au centre de vacances de la Défense situé à Lombardsijde. Ils y résident de manière temporaire avant un déménagement définitif vers une caserne voisine. Mais cette semaine, il a été annoncé aux résidents et aux travailleurs que le centre serait fermé définitivement à partir du 10 mars, permettant ainsi de rouvrir les locaux pour les touristes. Le lieu où les demandeurs d'asile seront relogés n'est pas encore connu. Un bénévole du centre a exprimé son mécontentement dans une lettre ouverte. "On ne peut ignorer qu'il s'agit de réfugiés provenant de zones de guerre et que les bénévoles et membres du personnel en ont pris soin. Tout d'abord, le déménagement devait avoir lieu avant l'hiver, le 5 décembre. Ensuite, c'était début février et, après un nouveau report, ce sera définitivement le 10 mars. On ne peut pas parler d'une politique respectueuse et cohérente", s'insurge le bénévole Gerry Van de Moortel. "Les 180 réfugiés de guerre, qui avaient enfin trouvé un peu de paix et de stabilité dans nos contrées, vont redevenir des numéros dans d'autres centres pour demandeurs d'asile. Une forme subtile de déshumanisation collective? Vous vous vantez volontiers de vos expulsions et des retours volontaires. Je dois vous rappeler qu'à Lombardsijde, il y a de nombreuses familles avec de petits enfants qui attendent depuis des mois une lueur d'espoir, la reconnaissance de leur statut." (Belga)

Nos partenaires