Crise des migrants - "Tourner le dos aux réfugiés n'est pas une option", prévient à Kaboul le patron du HCR

20/06/16 à 14:25 - Mise à jour à 14:25

Source: Belga

(Belga) "Tourner le dos aux réfugiés pour regarder ailleurs n'est pas une option", a prévenu lundi le haut commissaire de l'ONU aux Réfugiés Filippo Grandi, venu marquer la Journée mondiale des réfugiés en Afghanistan, deuxième pays d'exode après la Syrie.

Crise des migrants - "Tourner le dos aux réfugiés n'est pas une option", prévient à Kaboul le patron du HCR

Crise des migrants - "Tourner le dos aux réfugiés n'est pas une option", prévient à Kaboul le patron du HCR © BELGA

"Toutes les minutes, 24 personnes dans le monde, une sur 113, sont forcées de choisir l'exil" pour se mettre en sécurité et gagnent en priorité des pays à faibles ou moyens revenus, a-t-il souligné, alors que le nombre total de réfugiés et déplacés dans le monde dépasse pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale les 65 millions selon le Haut commissariat (HCR). "Plutôt qu'à un partage du fardeau, nous assistons à la fermeture des frontières, et en guise de volonté politique à une paralysie politique dont les organisations comme la mienne subissent les conséquences, appelées à sauver des vies avec des budgets limités", a regretté M. Grandi. Rien que pour l'Afghanistan, où l'exode a commencé en 1979 avec l'invasion soviétique, 2,4 millions de réfugiés sont dispersés chez les voisins, principalement Pakistan et Iran et 1,2 million sont déplacés à l'intérieur du pays. Le nombre de ces derniers ne cesse de croître en raison des hostilités entre les forces gouvernementales et les insurgés talibans qui gagnent du terrain au sud, dans l'est et le nord. Sur ce nombre, "moins de 200.000 Afghans ont touché les rivages de l'Europe" a rappelé M. Filippi. Au total, 1,2 million de réfugiés, dont les Syriens constituent le plus large groupe, sont arrivés en Europe l'an dernier et ont déposé une demande d'asile. La moitié étaient des enfants dont une proportion inédite de mineurs non accompagnés, 100.000, selon le HCR. Pour M. Grandi, qui a pris ses fonctions en janvier, il est en outre "devenu de plus en plus dangereux de fuir, par la terre ou par la mer, pour se retrouver bien souvent dans des pays dont l'environnement est caractérisé par la xénophobie". Le responsable a entamé sa visite en Iran dimanche et se rendra mardi au Pakistan. (Belga)

Nos partenaires