Crise des migrants - Le pape tance le monde à Lesbos et emmène 12 Syriens

16/04/16 à 19:58 - Mise à jour à 19:58

Source: Belga

(Belga) "Nous sommes tous des migrants" : à Lesbos, symbole du verrouillage croissant de l'accès à l'Europe, le pape a appelé samedi le monde à répondre de manière "digne" à l'exode enclenché en 2015, et montré l'exemple en emmenant au Vatican 12 réfugiés syriens.

Crise des migrants - Le pape tance le monde à Lesbos et emmène 12 Syriens

Crise des migrants - Le pape tance le monde à Lesbos et emmène 12 Syriens © BELGA

Il s'agit de trois familles musulmanes dont les "maisons ont été bombardées", l'une venant d'une zone occupée par l'Etat islamique (EI), a précisé le Vatican. Dans l'avion qui le ramenait à Rome, le pape a expliqué qu'il s'agissait d'un "geste humanitaire". Ils séjourneront avec les deux familles syriennes qui sont déjà dans les deux paroisses du Vatican, après son appel de l'automne à ce que chaque paroisse accueille une famille de migrants. Il a dit n'avoir "pas fait de choix". "Ces trois familles avaient leurs papiers en règle (...), il y avait deux familles chrétiennes mais leurs papiers n'étaient pas prêts". De toute façon, a-t-il martelé, la religion ne donne pas droit à "une dérogation", "tous les réfugiés sont fils de Dieu". Comme il l'avait fait en 2013, à peine élu, sur l'île italienne de Lampedusa, après de terribles naufrages, le pape a de nouveau cherché samedi à secouer ce qu'il avait appelé alors "la mondialisation de l'indifférence". A Lesbos, en compagnie cette fois du patriarche de Constantinople Bartholomée et de Ieronymos, l'archevêque orthodoxe d'Athènes et de toute la Grèce, il s'est rendu au centre fermé de Moria, dans lequel 3.000 personnes, dont des femmes enceintes, des enfants, et d'autres personnes considérées comme vulnérables, sont enfermées. Changement de décor et de public dans l'après-midi : devant une foule d'habitants et de touristes, les trois chefs religieux ont rendu hommage sur le port de Mytilène aux centaines de migrants morts noyés depuis l'an dernier - 375 encore cette année - en traversant le bras de la mer Egée qui sépare la Turquie de Lesbos et à la population de l'île pour son aide aux arrivants. "Une journée très forte" : visiblement marqué par ses échanges, c'est ainsi que le pape a qualifié cette visite. (Belga)

Nos partenaires