Crise des migrants - Amnesty International conteste la légalité du renvoi par l'UE de réfugiés vers la Turquie

03/06/16 à 02:34 - Mise à jour à 02:34

Source: Belga

(Belga) Amnesty International affirme que les renvois par l'Union européenne (UE) de réfugiés vers la Turquie, dans le cadre de l'accord conclu le 18 mars, sont illégaux. "L'UE doit immédiatement mettre un terme (à ces mesures conclues) sous le prétexte fallacieux que (la Turquie est) un 'pays sûr' pour les personnes réfugiées", avance l'ONG dans son rapport publié vendredi.

Crise des migrants - Amnesty International conteste la légalité du renvoi par l'UE de réfugiés vers la Turquie

Crise des migrants - Amnesty International conteste la légalité du renvoi par l'UE de réfugiés vers la Turquie © BELGA

"L'accord entre l'UE et la Turquie est irréfléchi et illégal", selon John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International. Dans son rapport, l'ONG affirme que la Turquie ne respecte pas les trois conditions essentielles requises par le droit international pour protéger les droits des réfugiés. La première condition porte sur le statut. Les plus de trois millions de réfugiés et demandeurs d'asile actuellement en Turquie doivent parfois rester plusieurs années sans statut juridique avant que leurs cas ne soient examinés. "Le système d'asile turc a du mal à faire face (à leur) nombre élevé." La deuxième condition est l'offre de solutions durables. "Les réfugiés doivent être intégrés, réinstallés dans un autre pays ou rapatriés si leur pays d'origine est sûr." Amnesty International signale que la Turquie n'octroie pas de statut de réfugié plein et entier. Elle n'intègre pas et n'offre pas de solutions suffisantes de réinstallation. Enfin, la dernière condition, les moyens de subsistance, n'est elle non plus pas remplie, selon Amnesty. La Turquie offre un logement à plus de 264.000 réfugiés syriens dans des camps. "Mais il n'est pas réaliste de penser que le pays offre un abri" à tous les Syriens (2,48 millions de personnes). Par ailleurs, seuls 100 des 400.000 demandeurs d'asile issus d'autres pays ont accès à un logement social. Amnesty International appelle l'UE à "lancer un ambitieux programme de réinstallation" et à ne pas "se décharger de ses responsabilités sur la Turquie". Elle souligne que les états membres de l'UE n'ont réinstallé que 8.155 personnes. (Belga)

Nos partenaires