Crise au Venezuela - Le président Maduro annonce le report à vendredi de l'installation de la Constituante

03/08/17 à 02:47 - Mise à jour à 03:52

Source: Belga

(Belga) La controversée Assemblée constituante voulue par le président vénézuelien Nicolas Maduro, élue dimanche malgré le boycott de l'opposition, ne sera pas installée jeudi, comme il était prévu, mais vendredi. Le président socialiste a annoncé ce nouveau report mercredi, justifiant la décision par des questions de "meilleure organisation". Selon le nouvel agenda, l'installation de cette instance toute puissante, chargée de réécrire la constitution, doit avoir lieu vendredi à 11h00 (17h00 HB). Elle sera "organisée dans la paix, dans la tranquillité et avec tout le protocole nécessaire vendredi prochain à 11 heures du matin", a déclaré M. Maduro lors d'une réunion avec des membres de cette assemblée élue dimanche.

Le scrutin a été émaillé de violences, après quatre mois de manifestations quotidiennes sévèrement réprimées. Mercredi, l'Union européenne a fait savoir, via sa Haute représentante Federica Mogherini, qu'elle ne reconnaissait pas l'Assemblée constituante, "en raison de (...) préoccupations sur sa représentativité et sa légitimité effectives". Le même jour, l'entreprise informatique SmartMatic, chargée des opérations de vote, avait annoncé une manipulation des voix, avec une participation réelle différente d'au moins un million de votes par rapport à ce qui a été annoncé par le pouvoir, selon son PDG Antonio Mugicala. Les accusations de manipulation ont été immédiatement rejetées par le Conseil national électoral. La Constituante doit lancer ses travaux dans un contexte de tensions avec les Etats-Unis, renforcé par les nombreuses condamnations internationales après l'arrestation dans la nuit de lundi à mardi de deux des figures de l'opposition, Leopoldo Lopez, 46 ans, et le maire de Caracas Antonio Ledezma, 62 ans. Parallèlement, l'opposition se préparait à manifester jeudi contre l'installation de l'Assemblée constituante, composée de 545 membres. Les leaders antichavistes (du nom de Hugo Chavez, président de 1999 à son décès en 2013) dénoncent le caractère "illégitime" à leurs yeux de ce "super pouvoir" qui pilotera le Venezuela pour une durée indéterminée. (Belga)

Nos partenaires