Crise au Venezuela - Au moins une douzaine de morts en 24 heures en marge de l'élection contestée

31/07/17 à 02:27 - Mise à jour à 02:29

Source: Belga

(Belga) Au moins douze personnes ont perdu la vie au Venezuela, selon le quotidien espagnol El Pais, en marge de l'élection très contestée dimanche de l'Assemblée constituante voulue par le président socialiste Nicolas Maduro, et rejetée par l'opposition. Le parquet a confirmé entre-temps la mort de huit personnes, dont un militaire et des mineurs d'âge. L'opposition évoque pour sa part le chiffre de 15 tués.

Comme craint, le scrutin ne s'est pas déroulé dans le calme. L'opposition avait appelé à des rassemblements de masse en dépit de l'interdiction du gouvernement. Plus de 20.000 membres de forces de l'ordre étaient mobilisés pour éviter toute escalade de violence, sans succès. Des scènes de guerre civile ont été observées dans plusieurs villes du pays, avec des gaz lacrymogènes, des bâtons et attaques envers la police. Selon le quotidien espagnol El Pais, au moins 12 personnes ont perdu la vie dimanche. Un candidat de l'Assemblée de 39 ans a été tué à son domicile, ainsi qu'un dirigeant de l'opposition vénézuélienne. Le parquet a aussi confirmé la mort d'un militaire et de deux mineurs d'âge. Il s'agirait de deux jeunes garçons de 13 et 17 ans qui ont été tués à Tachira, dans l'ouest du pays d'Amérique latine, à la frontière avec la Colombie. C'est aussi dans cette région qu'un soldat a perdu la vie, selon le ministère public. Le chef de l'opposition Henrique Capriles a pour sa part dénombré dimanche soir la mort de quinze individus. "C'est un jour noir, à cause des ambitions folles d'un seul homme", a-t-il commenté. Après l'annonce par la Colombie que le résultat du scrutin ne serait pas reconnu, les USA, l'UE, l'Argentine, le Brésil, le Mexique et le Pérou ont aussi déclaré l'élection nulle. L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a averti dimanche que le Venezuela avait fait un "pas vers la dictature" avec l'élection très contestée de l'Assemblée constituante. "Le simulacre d'élection de Maduro est un autre pas vers la dictature. Nous n'accepterons aucun gouvernement illégitime. Le peuple vénézuélien et la démocratie prévaudront", a déclaré Nikki Haley dans un tweet. (Belga)

Nos partenaires