Crioc : le directeur convoqué à la FGTB et rappelé à l'ordre

28/02/12 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Le Vif

Le vice-président du Crioc et secrétaire fédéral de la FGTB, Daniel Van Daele, a convoqué le directeur général du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs ce lundi 5 mars, à son retour de voyage.

Crioc : le directeur convoqué à la FGTB et rappelé à l'ordre

© Gaëtan Nerincx/Huma

Après les révélations du Vif/L'Express, mettant en cause la qualité des enquêtes réalisées par cette fondation d'utilité publique ainsi que la gestion des ressources humaines au sein de la maison, la direction de la FGTB pose trois conditions au maintien de Marc Vandercammen dans ses fonctions au Crioc. Faute d'obtenir de la part de l'intéressé une réponse positive à ces trois préalables, la FGTB se retirera du Crioc. Voici l'interview de Daniel Van Daele.

Quelle a été votre première réaction à la lecture de l'enquête du Vif ?

En tant que membre du conseil d'administration, nous n'avions pas une vue globale des problèmes évoqués par le Vif/L'Express. La FGTB est très claire là-dessus : il est important de faire une mise au point sérieuse avec Marc Vandercammen. Il est donc convoqué dans mon bureau à son retour de voyage, le lundi 5 mars. Je ne vous cache pas que nous nous posons beaucoup de questions sur la continuité de sa mission au sein du Crioc.

Voulez-vous dire que vous êtes tombé des nues à la lecture de l'enquête du Vif ?

Je ne dirais pas cela. Mais, encore une fois, quand on a le nez sur le guidon, on ne voit pas les choses avec le recul nécessaire. Cela dit, j'avais déjà demandé, il y a plusieurs mois, la mise en place d'un comité d'audit qui vérifie la méthodologie employée pour les enquêtes du Crioc. Parce que moi, je ne suis pas économètre et, en fonction de la manière dont les informations nous étaient présentées en conseil d'administration, je ne pouvais qu'apporter du crédit à ce que le directeur général nous disait. Je vais donc redemander la mise en place d'un tel comité d'audit ou d'éthique, formé de professeurs compétents et de personnalités aguerries qui pourront nous dire si les méthodologies employées au Crioc sont correctes ou pas.

Envisagez-vous d'autres mesures à prendre au sein du Crioc ?

Oui. Je demande qu'on nomme un directeur des ressources humaines, qui puisse gérer à la fois le personnel en place, le nombre d'heures requis pour assurer par le travail et les nombreuses idées qu'a Marc Vandercammen. Il en a dix à la minute et elles sont souvent intéressantes mais il faut pouvoir suivre... Quand il était à la FGTB, on le canalisait, mais au Crioc, nous n'y sommes pas en permanence. Ce directeur des ressources humaines ne devrait pas, selon moi, rapporter à Marc Vandercammen mais directement au conseil d'administration.

Notre troisième condition, c'est que Marc Vandercammen suive des cours de gestion du personnel. Si le directeur général ne réserve pas une suite positive à ces trois conditions, la FGTB se retirera du conseil d'administration du Crioc. Je suis très clair. On a, ici, atteint des limites.

Quand le conseil d'administration se réunira-t-il ? Le 12 mars. Auparavant, une réunion du bureau exécutif se sera tenue afin de préparer au mieux la réunion du conseil d'administration. Je cherche pour l'instant des personnalités qui puissent entrer dans ce comité d'audit.

Je tiens enfin à dire que si un ou des candidats se présentent pour être délégués syndicaux au sein du Crioc, ils pourront compter sur ma bienveillance, si pas sur ma protection.

Entretien : Laurence van Ruymbeke

Nos partenaires