Crash MH17 - Pas de roquette tirée de la zone pro-russe

26/09/16 à 18:13 - Mise à jour à 18:14

Source: Belga

(Belga) "La station de radar russe n'a enregistré aucun tir de roquettes en direction du vol MH17 et provenant de la zone ukrainienne que les rebelles pro-russes contrôlaient", indique le ministère russe de la Défense. Ce dernier a dévoilé ses résultats lundi, soit deux jours avant la divulgation des résultats de l'équipe d'enquêteurs internationaux. Les Russes avaient pourtant annoncé il y a quelques temps qu'ils ne possédaient pas de données provenant de radars.

Crash MH17 - Pas de roquette tirée de la zone pro-russe

Crash MH17 - Pas de roquette tirée de la zone pro-russe © BELGA

Selon l'armée russe, le refus de la part des Ukrainiens de donner les positions de leur défense aérienne et leurs communications entre le MH17 et les contrôleurs de l'espace aérien, les rendent suspects. D'après les Russes, il y avait bien une défense aérienne ukrainienne active dans la zone du crash. Les autorités russes ont présenté les données provenant de leurs radars lors d'une conférence de presse lundi. Trois avions de ligne, dont le MH17, apparaissent sur les données radar. L'avion, le plus proche du MH17, était à 30 kilomètres. Les images dévoilées par les Russes quelques jours après le crash, montraient un appareil se trouvant à 3 ou 5 kilomètres du MH17. Il s'agissait d'un SU-25, un appareil de combat ukrainien. Mais sur les images radar montrées ce lundi, il n'y a plus trace de cet avion. Mercredi, l'équipe d'enquêteurs internationaux présentera les premiers résultats de son enquête criminelle sur l'arme qui aurait abattu l'avion de ligne malaisien ainsi que sur la location précise de celle-ci. Une autre enquête, coordonnée par le Bureau néerlandais d'enquête pour la sécurité (OVV), avait conclu l'an dernier que le Boeing 777 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu par un missile sol-air de fabrication russe BUK depuis une zone tenue par les séparatistes pro-russes, sans identifier les auteurs du tir. Les Ukrainiens comme les Russes avaient alors fourni des images satellites pour l'avancée de l'enquête. Les données brutes des appareils de localisation ne sont pas disponibles. Les radars, appelés radars primaires, du côté ukrainien n'auraient pas été activés, tandis que les données russes n'auraient pas été stockées. Dans le rapport russe, la position de lancement du missile n'a pas été précisée. Le président de l'OVV, Tjibbe Joustra, a pourtant expliqué que cela s'était produit "à partir de la zone pro-russe". (Belga)

Nos partenaires