Crash MH17 - Les enquêteurs donnent les noms de deux personnes parlant russe

28/09/16 à 19:05 - Mise à jour à 19:09

Source: Belga

(Belga) Le parquet néerlandais, après avoir affirmé mercredi que le missile ayant abattu l'avion du vol MH17 en 2014 dans l'est de l'Ukraine avait été acheminé de Russie, a pour la première fois donné publiquement les noms de deux personnes parlant russe sur lesquelles il recherche des informations supplémentaires.

Crash MH17 - Les enquêteurs donnent les noms de deux personnes parlant russe

Crash MH17 - Les enquêteurs donnent les noms de deux personnes parlant russe © BELGA

L'équipe d'enquête commune, rassemblant des enquêteurs venus de Belgique, d'Australie, de Malaisie et d'Ukraine et dont le travail a été coordonné par le parquet néerlandais, "recherche en particulier des informations supplémentaires" concernant deux personnes, a-t-elle écrit sur son site internet après la publication de ses premières conclusions plus tôt dans la journée. Ces deux personnes, qui utilisent les surnoms d'"Orion" et de "Delfin", ont respectivement été identifiées comme étant Andrey Ivanovich et Nikolay Fiodorovich. Les enquêteurs ont rendu publiques cinq conversations téléphoniques entre les deux hommes tout en soulignant "ne pas avoir de preuves que ces appels soient directement liés au crash du MH17". "Reconnaissez-vous les voix d'Orion et de Delfin, connaissez-vous leurs noms complets, leur localisation ?", demande le parquet, invitant d'éventuels témoins à le contacter par courriel ou au téléphone. "Si vous êtes inquiets pour votre sécurité, plusieurs mesures de protection peuvent être prises". Dans la retranscription en anglais de ces conversations en russe, les deux hommes évoquent "un convoi" en direction de l'aéroport à travers la ville de Sabivka. L'avion de la compagnie Malaysia Airlines avait été abattu dans l'après-midi du 17 juillet 2014 et l'ensemble des 298 personnes présentes à son bord, en majorité des Néerlandais, avaient péri. Les enquêteurs ont conclu que le missile ayant abattu l'avion avait été acheminé de Russie avant d'être tiré et que la batterie antiaérienne BUK de fabrication russe avait repassé la frontière dans l'autre sens après avoir été utilisée. La Russie a aussitôt qualifié de "biaisée" cette enquête pénale internationale ayant abouti à ces premiers résultats rendus publics aux Pays-Bas, tandis que l'Ukraine a conclu à "l'implication directe" de Moscou dans la destruction du Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur. L'enquête, qui a identifié une centaine de personnes ayant eu "un rôle actif" dans le drame, a également confirmé que le missile avait été tiré d'un champ alors situé sur le territoire contrôlé par les séparatistes prorusses, qui ont de leur côté affirmé n'avoir pas tiré ce missile. (Belga)

Nos partenaires