Cours de religion : Milquet à la limite de la légalité et du recensement religieux, selon le MR

06/05/15 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Source: Belga

La cheffe de groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dénoncé mercredi la gestion "totalement chaotique" de la ministre de l'Education Joëlle Milquet après sa décision d'organiser un sondage auprès des parents de l'officiel à la suite de l'arrêt de la Cour constitutionnelle rendant les cours de religions et morale désormais facultatifs.

Cours de religion : Milquet à la limite de la légalité et du recensement religieux, selon le MR

Françoise Bertieaux. © Belga

Pour Françoise Bertieaux, en rendant ce sondage obligatoire, et en contraignant dès lors les parents à afficher leurs préférences philosophiques, la ministre a franchi la ligne de la légalité et est "à la limite du recensement religieux", a-t-elle jugé, interrogée sur Bel-RTL. Pour l'opposition MR, la ministre doit se ressaisir "car elle est en train de faire beaucoup de dégâts".

Aux yeux de Mme Bertieaux, la ministre Milquet "et ses prédécesseurs" ont fait preuve de manque d'anticipation dans ce dossier. Voilà deux ans déjà que plusieurs constitutionnalistes avaient prédit la récente décision de la Cour constitutionnelle, a-t-elle souligné.

Les parents de l'officiel sont invités d'ici la fin de cette semaine à répondre à un questionnaire élaboré par la ministre de l'Education. Ceux-ci doivent préciser s'ils comptent inscrire leur enfant l'an prochain à un cours de religions ou de morale, ou solliciter une dispense, comme l'autorise désormais la Cour constitutionnelle.

La polémique suscite aussi quelques craintes au sein des professeurs affectés à ces cours, certains redoutant de perdre des heures à l'avenir.

Nos partenaires