Coup de frein

31/10/11 à 10:22 - Mise à jour à 10:22

Source: Le Vif

Le réseau mondial Cittaslow fédère près de 150 villes européennes. Parmi elles, notamment, Enghien, Silly et Chaudfontaine.

Coup de frein

© Image Globe

Cittaslow ? Traduisez : villes lentes. Des villes qui, un peu partout, prennent le contre-pied d'un monde en constante accélération et misent sur la qualité de la vie.

A Chaudfontaine, le label est venu valoriser et encourager des initiatives en place comme le réseau de voies lentes, des places conviviales au sein de la commune, l'aménagement des horaires d'ouverture des services communaux. Une desserte le long de la voirie permet de déposer les enfants le matin sans précipitation et aussi sans provoquer d'embouteillages. Tous les services sont désormais invités à prendre en compte l'impact de leurs réalisations sur la qualité de la vie. Du côté d'Enghien, la bourgmestre, Florine Pary-Mille, souligne l'intérêt de l'état d'esprit des responsables communaux engagés dans la dynamique Citta-slow : "Le réseau propose aux membres de s'auto-évaluer, même si une évaluation extérieure est prévue. Nous sommes donc en permanence en train de nous questionner : où en est-on en matière d'épuration des eaux, d'égouttage, de primes, d'informations des citoyens... ? C'est un bon baromètre et un bon outil pour avancer." A Silly, des lieux de patrimoine comme des fermes, des châteaux ou des églises sont valorisés principalement lors de concerts. Un supermarché a pu s'implanter à condition de proposer des produits locaux. Des potagers poussent dans les écoles de l'entité. "L'ensemble du réseau est depuis peu invité à les prendre pour modèles", souligne Sabine Storme, dont l'emploi au sein du réseau est financé par la Ville. C'est que le projet fonctionne sur "budgets propres". Les communes y vont de leurs deniers. Né du slow-food, les villes lentes s'y régénèrent aujourd'hui. "Le soutien aux producteurs locaux et l'éducation au goût figurent aujourd'hui parmi les priorités des villes lentes, explique Sabine Storme. L'autre tendance est d'essaimer hors d'Europe, en Asie et dans les pays émergents. Une manière de faciliter les rapports Nord-Sud."

VÉRONIQUE JANZYK

En savoir plus sur:

Nos partenaires