Coup d'envoi de la chasse au loup en Finlande

23/01/16 à 17:04 - Mise à jour à 17:04

Source: Belga

(Belga) Les chasseurs ont tué un loup au premier jour de la chasse samedi en Finlande dans le cadre d'un plan permettant d'abattre jusqu'à un cinquième de la population de cette espèce.

Coup d'envoi de la chasse au loup en Finlande

Coup d'envoi de la chasse au loup en Finlande © BELGA

Sous la pression d'éleveurs et d'habitants de zones rurales, et malgré la colère des écologistes, les autorités ont donné leur accord au prélèvement de 46 des 250 loups gris (selon une estimation), espérant ainsi décourager le braconnage auquel recourent certains agriculteurs lassés de voir leurs troupeaux vivre sous la menace de ce prédateur. Les quotas ont été définis pour chaque région et des chasseurs spécialement agréés. "Nous souhaitons réaliser cette expérience (pour savoir) si elle peut constituer une solution en ce qui concerne le conflit autour des loups", explique à l'AFP Sauli Härkönen, un responsable de l'Agence finlandaise de la faune sauvage. "Un loup mâle a été abattu" dans l'est de la Finlande, a-t-il précisé. En 2013, alors que la chasse était interdite depuis six ans, un groupe d'habitants de Perho, une commune rurale de l'ouest, excédés par la présence de loups avaient pris les choses en main et en avaient tué trois. Douze hommes avaient été poursuivis et reconnus coupables. Entre 2007 et 2015, l'abattage des loups a été prohibé dans le but de préserver leur population, après un bras de fer entre Helsinki et la Commission européenne. Or, selon les avocats du plan de chasse, cette interdiction a eu l'effet inverse à celui escompté en encourageant le braconnage à grande échelle : de 250 à 300 en 2007, le nombre des loups s'est effondré à entre 120 et 135 en 2013. Les meutes se sont reconstituées depuis et la Finlande a de nouveau autorisé l'abattage encadré des loups en 2015, assurant qu'elle analyserait les conséquences de la chasse après deux saisons. (Belga)

Nos partenaires