COP23 - Près de Bonn, manifestation dans une mine de charbon à la veille de la COP climat

05/11/17 à 15:28 - Mise à jour à 15:31

Source: Belga

(Belga) Quelque 200 manifestants sont venus dimanche dénoncer l'impact du charbon sur le climat, dans une mine proche de Bonn, l'ex-capitale allemande où s'ouvre lundi la 23e conférence de l'Onu sur les changements climatiques, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Après une longue marche à travers un no man's land, les protestataires, vêtus d'une combinaison blanche, se sont postés au bord du gigantesque cratère formé par la mine de lignite à ciel ouvert de Hambach. Sous les yeux des policiers, postés notamment autour d'une excavatrice de plus de 200 m de long ("les plus grandes au monde", souligne le site de la mine), ils ont déployé leurs pancartes "Bienvenue à la COP23" et "Brûlons les frontières, pas le climat". "La lignite est l'une des énergies fossiles les plus polluantes", pour l'air comme pour le climat, souligne le mouvement anti-charbon allemand "Ende Gelande", à l'origine de cette action, accompagné pour l'occasion de militants venus d'Océanie. "Sur la scène internationale, politiciens et corporations se présentent comme des sauveurs du climat quand, à quelques kilomètres, le climat part littéralement en fumée", dénonce Janna Aljets, porte-parole de la campagne. Située à une cinquantaine de km à l'ouest de Bonn, en Rhénanie du Nord-Westphalie, la mine de lignite visée dimanche appartient au groupe allemand RWE. Selon RWE, la mine, ouverte en 1978, est aujourd'hui profonde de 370 m: le site de 85 km2, dont près de la moitié est exploitée, contient au total 2,5 milliards de tonnes de lignite allant jusqu'à 450 m de profondeur. Quarante millions de tonnes en sont extraites chaque année. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le charbon rejette 45% des émissions mondiales de CO2 liées au secteur énergétique, auxquelles s'ajoutent autres gaz à effet de serre et particules fines. Le monde n'en a jamais brûlé autant depuis le début de la Révolution industrielle. Après avoir atteint 4% par an entre 2000 et 2013, la croissance de la demande mondiale devrait seulement ralentir sur la période 2015-2021, selon les prévisions de l'AIE. Or, selon l'Onu, 80 à 90% des réserves de charbon devront rester sous terre si le monde veut tenir son objectif, fixé par l'accord de Paris, de rester sous 2°C de réchauffement. (Belga)

Nos partenaires