COP22 - Marghem évoque avec une ministre allemande les "dysfonctionnements" du marché électrique

17/11/16 à 22:15 - Mise à jour à 22:19

Source: Belga

(Belga) La ministre fédérale de l'Energie et de l'Environnement, Marie Christine Marghem, s'est émue jeudi auprès de la ministre allemande de l'Environnement, en marge de la COP22 à Marrakech, de "dysfonctionnements" sur le marché de l'électricité.

COP22 - Marghem évoque avec une ministre allemande les "dysfonctionnements" du marché électrique

COP22 - Marghem évoque avec une ministre allemande les "dysfonctionnements" du marché électrique © BELGA

La ministre belge a profité d'un vol partagé avec la ministre allemande Barbara Hendricks, dans le cadre d'une visite de la centrale solaire de Ouarzazate, dans le centre du Maroc, pour faire valoir son point de vue auprès de son homologue allemande. "Je lui ai dit que le marché de l'électricité ne fonctionne pas idéalement", a expliqué Mme Marghem à l'agence Belga. Selon la ministre belge, plusieurs éléments, comme la fermeture de centrales nucléaires en France, les conditions météo défavorables aux énergies renouvelables mais aussi un mauvais fonctionnement des algorithmes de gestion des flux transfrontaliers d'électricité, ont été à l'origine de problèmes sur le marché. "On a connu il y a 10 jours des pics à plus de 600 euros par MWh en Belgique et plus de 800 euros par MWh en France mais pendant ce temps là, les prix étaient de 70 euros le MWh", s'étonne Mme Marghem. La ministre fédérale ajoute qu'elle a envoyé un courrier écrit à ce propos à son homologue allemand, Sigmar Gabriel, et demandé à Elia, le gestionnaire du réseau, de se pencher sur la question. Mme Marghem s'est en outre dit "contrariée" quant aux velléités exprimées en Allemagne de mener des actions judiciaires contre l'exploitation de certaines centrales nucléaires belges, comme Tihange 2, jugées dangereuses outre-Rhin depuis la découverte de "micro-fissures" ou "micro-bulles" dans leur cuve. La ministre de l'Energie a rappelé que l'Autorité de contrôle du nucléaire (AFCN) avait autorisé en toute indépendance la poursuite de l'exploitation de ces centrales, au bout d'une longue et minutieuse enquête, et qu'il a été convenu avec les autorités allemandes d'échanger les informations en matière de sécurité entre l'AFCN et l'organisme allemand correspondant. Enfin, la ministre belge a pointé le fait que l'Allemagne, qui a décidé de tourner le dos au nucléaire, exploite quatre centrales au charbon particulièrement polluantes, non loin de la frontière belge. (Belga)

Nos partenaires