COP 23: l'action des villes, Etats et entreprises américaines ne compense pas l'inaction fédérale

11/11/17 à 13:17 - Mise à jour à 13:19

Source: Belga

(Belga) Les engagements de réduction des gaz à effet de serre pris par les villes, Etats et entreprises américains ne suffisent pas à compenser l'inaction du gouvernement fédéral et atteindre l'objectif que se sont fixé les Etats-Unis, alerte la coalition d'acteurs locaux America's Pledge dans un rapport samedi.

Les Etats-Unis se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) de 26 à 28% d'ici à 2025 par rapport à leur niveau de 2005, afin de contribuer à contenir le réchauffement planétaire. La communauté internationale s'est fixé pour objectif dans l'accord de Paris, conclu en 2015, une limitation de la hausse des températures à 2°C par rapport à l'ère préindustrielle. Barack Obama soutenait l'objectif de réduction des GES mais l'élection de Donald Trump fin 2016 et sa décision de retirer les Etats-Unis de l'accord, annoncée en juin, ont changé la donne. Depuis, le gouverneur de Californie Jerry Brown et l'ex-maire de New York Michael Bloomberg, envoyé spécial de l'ONU sur le climat, ont lancé l'initiative "America's Pledge" (l'engagement américain). Elle rassemble des Etats, collectivités locales et entreprises décidés à accélérer leurs efforts pour réduire les émissions des Etats-Unis, deuxième émetteur mondial après la Chine. Au 1er octobre 2017, un total de 20 Etats et 110 villes des Etats-Unis avaient "promulgué des objectifs chiffrés de réduction des gaz à effet de serre", précise America's Pledge dans ce rapport. En outre, plus de 1.300 entreprises responsables d'émissions annuelles de gaz à effet de serre d'un montant de 0,9 gigatonnes d'équivalent carbone ont adopté des objectifs de réduction. Les villes et Etats qui ont adopté des objectifs de réduction des GES représentent 56% de la population américaine, 60% du Produit intérieur brut et 40% des émissions américaines, précise America's Pledge. Mais "étant donné la politique de l'administration américaine actuelle, les efforts des acteurs non fédéraux ne sont pas suffisants" pour que les Etats-Unis respectent leur engagement, estime l'organisation. En dépit des "tendances positives" observées, maintenir "aux Etats-Unis une dynamique permettant d'atteindre les objectifs climatiques de 2025 et à long terme suppose que le leadership des acteurs non fédéraux se développe et s'accélère", prévient-elle dans son rapport. Un deuxième rapport, à paraître en 2018, devrait quantifier le potentiel de réduction des acteurs non fédéraux et estimer leur capacité à atteindre l'objectif fixé en 2015. (Belga)

Nos partenaires