COP 21 - "Un texte qui ne va pas assez loin et ne répond pas à l'urgence climatique"

11/12/15 à 00:29 - Mise à jour à 00:29

Source: Belga

(Belga) La nouvelle version du projet d'accord climatique négocié par 195 pays dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur le climat à Paris (COP21) ne va pas assez loin et ne répond pas à l'urgence climatique, estime l'ONG environnementale Greenpeace dans une première réaction au texte rendu public jeudi soir.

COP 21 - "Un texte qui ne va pas assez loin et ne répond pas à l'urgence climatique"

COP 21 - "Un texte qui ne va pas assez loin et ne répond pas à l'urgence climatique" © BELGA

"Ce texte révèle que les politiques sont en décalage avec la réalité de l'urgence climatique d'une part et des solutions à apporter d'autre part. Il ne donne pas le cap nécessaire pour réaliser la transition énergétique", déplore Juliette Boulet, "energy campaigner" chez Greenpeace. "Heureusement que ce n'est pas encore le texte final. Il reste 24 heures pour redresser le tir, le chrono tourne". Greenpeace estime également "insuffisant" ce que le texte prévoit au sujet des contributions volontaires des Etats en matière de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, lesquelles ne seraient revues à la hausse qu'à partir de 2050. "On est en train de perdre du temps. C'est trop tard et trop peu". L'ONG environnementale déplore encore que le texte évoque, pour au-delà de 2050, un objectif ambigu de "neutralité" dans les émissions de gaz à effet de serre, au détriment d'une sortie pure et simple des énergies fossiles. De son côté, Oxfam-Solidarité voit d'un bon oeil, pour les pays en développement et vulnérables, que le nouveau brouillon d'accord mentionne la nécessité d'établir des objectifs de financement quantifié tant pour l'atténuation que pour l'adaptation aux changements climatique après 2020. "C'est une évolution très encourageante et nous exhortons les négociateurs à garder cela dans l'accord final", a réagi l'ONG. Oxfam déplore par contre la disparition de la référence aux droits humains dans l'article 2 du texte, disparition qui intervient après les suppressions préalables de mentions relatives à l'égalité entre les sexes et au concept de "transition juste" vers une économie propre et durable. (Belga)

Nos partenaires