Conversation téléphonique "très productive" entre Poutine et Erdogan

29/06/16 à 12:38 - Mise à jour à 12:38

Source: Belga

(Belga) Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont parlés mercredi pour la première fois depuis le début de la crise diplomatique entre leurs pays en novembre, Ankara évoquant un entretien "très productif et très positif".

Conversation téléphonique "très productive" entre Poutine et Erdogan

Conversation téléphonique "très productive" entre Poutine et Erdogan © BELGA

"Ils discutent en ce moment même", a simplement déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov aux journalistes à 09H30 GMT, précisant que le contenu de cette conversation serait rendu public plus tard. Un responsable de la présidence turque a indiqué par la suite à des journalistes que la conversation était finie et qu'elle avait été "très productive et très positive". Il s'agit du premier contact direct entre MM. Poutine et Erdogan depuis le début en novembre de la grave crise diplomatique entre les deux pays, provoquée par la mort d'un pilote russe dont le bombardier avait été abattu par l'aviation turque au-dessus de la frontière entre la Syrie et la Turquie. Lundi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a présenté ses excuses pour cette affaire dans un message envoyé à Vladimir Poutine, a expliqué le Kremlin. Juste avant d'appeler son homologue turc, Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances au peuple turc après un triple attentat-suicide d'Istanbul, qui a tué au moins 41 personnes et fait 239 blessés, dont un Russe, mardi soir à l'aéroport international Atatürk. "Nous sommes désolés et exprimons notre compassion pour les victimes de cet acte terroriste", a déclaré M. Poutine, cité par la télévision russe, au cours d'une rencontre avec des écoliers allemands et russes à Moscou. Le 24 novembre 2015, un bombardier russe Su-24 avait été abattu par l'aviation turque près de la frontière syrienne, provoquant la mort du pilote, tué alors qu'il retombait en parachute après s'être éjecté. La Turquie avait assuré que l'appareil russe avait violé son espace aérien. En riposte, Moscou avait adopté des mesures de rétorsion, essentiellement commerciales, envers la Turquie. (Belga)

Nos partenaires